Go to main content
4

Black Panther: Longue vie au Wakanda (Black Panther: Wakanda Forever)

É.-U. 2022. Drame fantastique de Ryan Coogler avec Letitia Wright, Lupita Nyong'o, Danai Gurira. Après la mort du roi T’Challa, le Wakanda est menacé par des forces étrangères prêtes à tout pour mettre la main sur sa principale ressource naturelle, le tout-puissant vibranium. Volet de transition, hanté par la mort de Chadwick Boseman. Réalisation démesurée, jusque dans ses longueurs. Costumes somptueux. Interprètes en mode pseudo-shakespearien. (sortie en salle: 11 novembre 2022)

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
4

Black Panther: Longue vie au Wakanda (Black Panther: Wakanda Forever)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

É.-U. 2022. Drame fantastique de Ryan Coogler avec Letitia Wright, Lupita Nyong'o, Danai Gurira.

Après la mort du roi T’Challa, le Wakanda est menacé par des forces étrangères prêtes à tout pour mettre la main sur sa principale ressource naturelle, le tout-puissant vibranium. Volet de transition, hanté par la mort de Chadwick Boseman. Réalisation démesurée, jusque dans ses longueurs. Costumes somptueux. Interprètes en mode pseudo-shakespearien. (sortie en salle: 11 novembre 2022)

Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Après la mort du roi T’Challa, les membres de sa garde rapprochée doivent s’unir pour protéger le Wakanda de forces prêtes à tout pour mettre la main sur sa principale ressource naturelle, le tout-puissant vibranium. Mais les Wakandais apprennent, via un incident maritime impliquant les États-Unis et un peuple jusqu’ici inconnu, qu’ils ne sont plus les seuls détenteurs du précieux métal. Reste à voir si les intentions de ce peuple seront belliqueuses ou pacifiques.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Le trentième film de l’univers cinématographique Marvel (et le dernier de sa phase 4) est hanté par la mort de l’acteur Chadwick Boseman. Volet de transition, signalant la fin d’une ère et le début d’une autre, BLACK PANTHER: WAKANDA FOREVER esquisse une méditation sur le deuil, mais aussi une réflexion sur l’avenir, à travers les conflits opposant les forces coloniales d’hier et les pays émergents d’aujourd’hui pour l’obtention des ressources de demain. Le tout, dans le cadre d’un film de superhéros surdimensionné (161 minutes), qui paraît souvent surchargé. Multipliant les intrigues et personnages secondaires, parfois abandonnés en cours de route, le film finit par ployer sous le poids de ses ambitions, avec une bonne demi-heure de trop au compteur. Restent une mise en scène épique, quelques séquences fortes (surtout au début et à la fin), des costumes somptueux et une distribution qui s’en donne à coeur joie dans le registre pseudo-shakespearien. C’est assez pour en faire un divertissement généralement efficace, même s’il n’arrive pas à égaler l’épisode initial.

Texte : Georges Privet

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3