Go to main content
3

Athena

Fr. 2022. Drame de Romain Gavras avec Dali Benssalah, Sami Slimane, Ouassini Embarek. Le meurtre d’un ado d’origine maghrébine par des policiers parisiens met la cité où il vivait à feu et à sang, un des frères du défunt menant la révolte. Drame sociopolitique aux accents de tragédie grecque. Mise en scène puissante. Rythme soutenu et prenant. Finale édulcorée. Interprètes incandescents.

3

Athena (Athena)

Fr. 2022. Drame de Romain Gavras avec Dali Benssalah, Sami Slimane, Ouassini Embarek.

Le meurtre d’un ado d’origine maghrébine par des policiers parisiens met la cité où il vivait à feu et à sang, un des frères du défunt menant la révolte. Drame sociopolitique aux accents de tragédie grecque. Mise en scène puissante. Rythme soutenu et prenant. Finale édulcorée. Interprètes incandescents.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Montage :
Lorsqu’Idir, 13 ans, est abattu par trois policiers parisiens, son grand frère Abdel, un militaire, fait une annonce aux médias. Lors de ce point de presse, son frère cadet Karim voit rouge et lance un cocktail molotov dans la foule. Profitant du chaos, le jeune et ses complices forcent le commissariat local, volent des armes, un coffre-fort et un véhicule policier. Puis ils foncent vers leur cité pour y déclencher la révolte. Devant le siège des forces de l'ordre, les familles fuient, mais les jeunes rebelles résistent avec rage. Tandis qu’Abdel tente d’apaiser l'esprit échauffé de Karim, leur frère ainé, Moktar, dealer et forte tête, cherche à sauver sa marchandise. Les événements prennent une tournure encore plus radicale quand Karim et ses acolytes kidnappent un CRS, dans l'intention de l'utiliser comme monnaie d’échange.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après deux films "apolitiques" (NOTRE JOUR VIENDRA, LE MONDE EST À TOI), Romain Gavras creuse le sillon sociopolitique qui a fait la renommée de son père Costa-Gavras (Z, ÉTAT DE SIÈGE), en signant un véritable film de guerre en forme de tragédie grecque. À la différence qu'ici les hommes, autrefois jouets des dieux, sont maintenant victimes d’enjeux mis en place bien avant leur naissance. Près de 30 ans après LA HAINE, ATHENA apparaît comme le prolongement du film-culte de Mathieu Kassovitz, avec les moyens techniques d’aujourd’hui et le durcissement des forces en présence. S'ouvrant sur un époustouflant plan séquence, digne de Scorsese, le film avance ensuite à un rythme d’enfer, prenant le spectateur en otage et gagnant en puissance ce qu’il sacrifie à la nuance. Jusqu’à une finale intentionnellement controversée, qui affadit un peu la dimension tragique de ce qui a précédé. Il fallait des interprètes incandescents pour incarner cette fratrie condamnée. Ils le sont tous, en particulier Dali Benssalah, dans le rôle le plus complexe, celui du frère tiraillé entre les liens du sang et l’ordre social.

Texte : Éric Fourlanty

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3