Go to main content
6

Two Straight Girls at a Queer Fest

Can. 2021. Docufiction de Marie-Hélène Panisset avec Marie-Hélène Panisset, Judith Baribeau, Julien Knafo. Une réalisatrice montréalaise et l'actrice principale de son plus récent court métrage partent le présenter dans un festival LGBTQ de Caroline du Nord. Journal filmé frisant l'amateurisme. Péripéties improvisées, sans grand intérêt. Mise en scène complaisante. Interprètes sympathiques et sans prétention. (sortie en salle: 24 juin 2022)

6

Two Straight Girls at a Queer Fest (Two Straight Girls at a Queer Fest)

Can. 2021. Docufiction de Marie-Hélène Panisset avec Marie-Hélène Panisset, Judith Baribeau, Julien Knafo.

Une réalisatrice montréalaise et l'actrice principale de son plus récent court métrage partent le présenter dans un festival LGBTQ de Caroline du Nord. Journal filmé frisant l'amateurisme. Péripéties improvisées, sans grand intérêt. Mise en scène complaisante. Interprètes sympathiques et sans prétention. (sortie en salle: 24 juin 2022)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
n/d
Em, réalisatrice montréalaise, et Jay, l'actrice principale de son plus récent court métrage, partent en voiture présenter celui-ci au Festival de cinéma gai et lesbien de Durham, en Caroline du Nord. Ce faisant, Em, pour une rare fois, laisse derrière elle son conjoint Jules et leurs deux enfants, tandis que Jay met en péril sa relation naissante avec un homme rencontré sur Tinder. Entre leurs questionnements existentiels et leur envie de vivre un ''road trip'' à la THELMA ET LOUISE, les deux amies filment en continu leur périple, qui fera l'objet du prochain long métrage de Em.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Journal filmé d'une aventure sans grand intérêt, ce petit road movie frisant l'amateurisme peine à tenir la route. Pourtant prometteuse, la prémisse est développée à coups d'improvisation maladroite. Le fait que les deux héroïnes (québécoises francophones) parlent entre elles en anglais n'arrange rien, surtout lorsqu'elles discutent dans la langue de Shakespeare du dégoût que leur inspire tel ou tel mot français. Leurs échanges francs et chaleureux sur leurs problèmes respectifs forment la meilleure partie du film, mais ces séquences ne suffisent pas à faire oublier la vacuité du scénario et la complaisance de la mise en scène. Reste l'interprétation naturelle, sympathique et sans prétention de Judith Baribeau (LA ISLA BLANCA, LES NÔTRES) et de la réalisatrice Marie-Hélène Panisset (LUCIDITÉ PASSAGÈRE, UNE NUIT SANS LUNE: BOAT PEOPLE, 40 ANS APRÈS) pour rehausser ce ''home movie'' glorifié, qui paraît plus long que ses brèves 83 minutes.

Texte : Georges Privet

COMMENTAIRES

25 juin 2022, 10:36:10

Par : Charles Papasoff, Montreal

There is a lot of talk about the female body these days. Could a good line of defence (education) be to celebrate their minds and revel in their intelligence? The film “Two Straight Girls @ a Queer Fest” does exactly that. Not a Hollywood blockbuster by any consideration, it is smart and sassy while being entertaining and emotionally charged. A must see for all women and should be required curriculum for all men. And the music just nails it ! ;-) On parle beaucoup du corps féminin de nos jours. Une bonne ligne de défense (d’éducation) serait-elle de célébrer leur esprit et de se délecter de leur intelligence ? Le film "Two Straight Girls @ a Queer Fest" fait exactement cela. D’aucune façon un blockbuster hollywoodien, 2SG@QF est aussi ingénieux qu’impertinent tout en étant chargé d'émotion et... divertissant! Un must pour toutes femmes et un curriculum requis pour l’homme. Et la musique soude le tout! ;-)

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3