Go to main content
4

Le Lac des hommes

Qué. 2021. Documentaire de Marie-Geneviève Chabot . À l'occasion d’un voyage de pêche organisé par le cadet, trois frères renouent avec leur père, qui les a abandonnés quand ils étaient enfants. Regard pudique sur la vulnérabilité masculine. Récit contemplatif, porté par les silences. Longueurs à mi-parcours. Réalisation délicate. Photographie soignée. participants touchants. (sortie en salle: 10 juin 2022)

Général
4

Le Lac des hommes (Le Lac des hommes)

Général Général

Qué. 2021. Documentaire de Marie-Geneviève Chabot .

À l'occasion d’un voyage de pêche organisé par le cadet, trois frères renouent avec leur père, qui les a abandonnés quand ils étaient enfants. Regard pudique sur la vulnérabilité masculine. Récit contemplatif, porté par les silences. Longueurs à mi-parcours. Réalisation délicate. Photographie soignée. participants touchants. (sortie en salle: 10 juin 2022)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Les Films du 3 mars
Producteurs :
Il y a quarante ans, Laurent a quitté le foyer familial après s’être sauvé d’un hôpital psychiatrique. Il laissait ainsi le soin à sa femme de s’occuper, seule, de leurs trois fils, Jean-Pierre, Jérôme et Stéphane. Dans l’espoir de rétablir les liens, ce dernier organise un voyage de pêche sur un lac aux eaux calmes. À bord de leur petit bateau à moteur, les trois frères, approchant aujourd’hui de la cinquantaine, initient un dialogue avec leur paternel repentant. Entre les explications de l’un et les efforts de compréhension des autres, les blessures se cicatrisent doucement.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Sept ans après EN ATTENDANT LE PRINTEMPS, Marie-Geneviève Chabot explore à nouveau la vulnérabilité masculine dans ce voyage intimiste et contemplatif, porté par les silences et la quiétude des paysages majestueux du nord québécois. S’inscrivant dans un imaginaire collectif et une cinématographie bien de chez nous (cf. LE TEMPS D’UNE CHASSE, LA BÊTE LUMINEUSE), le film observe ces mâles de peu de mots – membres de la belle-famille de la cinéaste au moment du tournage – dans le huis-clos de leur embarcation exigüe. Une unité de lieu qui, en dépit de petites longueurs à mi-parcours, maintient l'intérêt du spectateur jusqu’à un dénouement apaisé et optimiste. Outre sa capacité à sublimer un matériau fragile, LE LAC DES HOMMES séduit par l’approche sensible de sujets graves (abandon de la figure paternelle, enfance sacrifiée), jamais dramatisés à outrance. Le travail de la directrice-photo Karine van Ameringen (EN ATTENDANT LE PRINTEMPS), respectueuse des participants et attentive à leurs émotions, s’avère tout aussi appréciable.

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3