Aller au contenu principal
4

The Jump (Suolis)

É.-U. 2020. Documentaire de Giedre Zickyte . En 1970, un marin lituanien déclenche un tollé mondial après que sa demande d’asile politique eut été refusée par les hauts gradés de la US Navy. Récit haletant raconté à la manière d'un film d'espionnage. Anecdotes bien documentées. Côté sombre de l’histoire balayé sous le tapis. Réalisation alerte. Protagoniste attachant.

4

The Jump (Suolis)

É.-U. 2020. Documentaire de Giedre Zickyte .

En 1970, un marin lituanien déclenche un tollé mondial après que sa demande d’asile politique eut été refusée par les hauts gradés de la US Navy. Récit haletant raconté à la manière d'un film d'espionnage. Anecdotes bien documentées. Côté sombre de l’histoire balayé sous le tapis. Réalisation alerte. Protagoniste attachant. (sortie en salle: 14 janvier 2022)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Distributeur :
Cinéma du Parc
Le 23 novembre 1970, un patrouilleur de la garde côtière américaine arraisonne un chalutier soviétique au large de la Floride. Simas Kudirka, opérateur radio lituanien épris de liberté, saisit alors sa chance. Profitant de l’inattention de ses supérieurs, il saute sur le pont du navire américain et demande l’asile politique au commandant. Mais, au moment où les deux pays négocient les droits de pêche, l'officier de la US Navy ordonne de rendre aux autorités soviétiques ce réfugié embarrassant. Journalistes et politiciens s'indignent de cette décision, qui va selon eux à l’encontre des valeurs de la Constitution américaine. Pendant ce temps, en URSS, Simas est accusé de trahison et condamné à dix ans de prison.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Presque à la manière d’un film d’espionnage, la Lituanienne Giedré Zickyté évoque en détail un cas célèbre de liberté individuelle injustement bafouée. Hommage au courage et à la ténacité, le récit captive surtout par son portrait d’un homme intègre qui, à 90 ans, n’a rien perdu de son éloquence. De fait, la cinéaste n’ose pas s’aventurer dans les aspects sombres de l'histoire de Simas Kudirka, préférant se concentrer sur les anecdotes d’une épopée hors norme, qui fit couler beaucoup d’encre. Lesquelles sont suffisamment bien enchaînées pour générer un suspense soutenu du début à la fin. Toutefois, il aurait été intéressant d’approfondir le sentiment très mitigé du protagoniste envers sa société d’accueil - qu’il a du reste quittée en 2007 -, notamment en ce qui a trait au gaspillage des richesses et à l’opportunisme de ceux qui facilitèrent son retour aux États-Unis. À ce chapitre, Henry Kissinger et quelques autres livrent des témoignages éclairants sur la politique américaine d’alors. Enfin, on ne peut que s’attendrir devant Kudirka, aussi exubérant lorsqu’il relate son arrestation que touchant lorsqu’il visite les couloirs de sa prison, cinquante ans après son incarcération.

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3