Goto main content
4

Sin La Habana

Can. 2020. Drame de Kaveh Nabatian avec Yonah Acosta Gonzalez, Evelyn Castroda O'Farrill, Aki Yaghoubi. Poussé par sa compagne avocate, un danseur de ballet, qui peine à percer à La Havane, séduit une touriste québécoise d'origine iranienne pour faciliter leur départ de Cuba. Prémisse cynique, développée avec réalisme et lucidité. Dénonciation du racisme et célébration du vaudou. Réalisation expressive, quoique parfois démonstrative. Bons interprètes.

En attente de classement
4

Sin La Habana (Sin La Habana)

En attente de classement En attente de classement

Can. 2020. Drame de Kaveh Nabatian avec Yonah Acosta Gonzalez, Evelyn Castroda O'Farrill, Aki Yaghoubi.

Poussé par sa compagne avocate, un danseur de ballet, qui peine à percer à La Havane, séduit une touriste québécoise d'origine iranienne pour faciliter leur départ de Cuba. Prémisse cynique, développée avec réalisme et lucidité. Dénonciation du racisme et célébration du vaudou. Réalisation expressive, quoique parfois démonstrative. Bons interprètes.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Talentueux danseur de ballet à La Havane, Leonardo peine pourtant à percer, en raison de son arrogance et de son manque d'humilité. Impatiente de quitter Cuba pour exercer sa profession d'avocate dans de meilleures conditions financières, sa compagne Sara le presse de mettre leur plan à exécution: séduire une touriste naïve, qui facilitera leur installation à l'étranger. Leonardo jette aussitôt son dévolu sur Nasim, une élève de sa classe de salsa. Sans être dupe du manège du beau Cubain, la Québécoise d'origine juive iranienne en profite pour passer un agréable moment avec lui. Et quelques semaines plus tard, elle l'invite pour un séjour à Montréal, toutes dépenses payées. Sara laisse alors partir Leonardo, avec promesse de lui faire signe quand elle pourra le rejoindre. Mais à son arrivée dans un Montréal glacial et enneigé, le danseur trouve difficilement ses marques. De sorte que son plan élaboré avec Sara connaît de sérieux ratés.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Kaveh Nabatian (l'essai collectif LES SEPT DERNIÈRES PAROLES) développe sa prémisse cynique avec réalisme et lucidité. Placé sous le signe de la célébration du vaudou et de la dénonciation du racisme, le récit est bien construit et avance à bon rythme. Entre chaleur dorée des Antilles et froide blancheur canadienne, chorégraphies stylisées et travail monotone en usine, la réalisation se fait expressive, quoique parfois un peu trop démonstrative. Bien choisis, les interprètes sont tous convaincants. En particulier Aki Yaghoubi, émouvante dans le rôle de la proie pas si innocente, prête à tout pour échapper à un milieu familial obtus et oppressant, dessiné avec subtilité par le réalisateur. (Texte rédigé en octobre 2020, dans le cadre du Festival du nouveau cinéma de Montréal)

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2019. Comédie de Sophie Letourneur avec Jonathan Cohen, Marina Foïs, Jacqueline Kakou. Classement: 13 ans +.

Une pianiste de concert tombe enceinte sans le vouloir, par la faute de son mari et agent qui, à 40 ans, vient de se découvrir un désir de paternité. Arborant un ventre anormalement gros, l'artiste dépassée voit son conjoint vivre sa grossesse par procuration.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3