Goto main content
4

Nadia, Butterfly

Can. 2020. Drame sportif de Pascal Plante avec Katerine Savard, Pierre-Yves Cardinal, Ariane Mainville. Aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, une nageuse québécoise ayant annoncé sa retraite anticipée subit diverses pressions pour qu'elle renonce à sa décision. Récit initiatique sensible. Thèmes porteurs mais insuffisamment approfondis. Réalisation fluide et maîtrisée. Jeu naturel d'interprètes non professionnelles. (sortie en salle: 18 septembre 2020)

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
4

Nadia, Butterfly (Nadia, Butterfly)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

Can. 2020. Drame sportif de Pascal Plante avec Katerine Savard, Pierre-Yves Cardinal, Ariane Mainville.

Aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, une nageuse québécoise ayant annoncé sa retraite anticipée subit diverses pressions pour qu'elle renonce à sa décision. Récit initiatique sensible. Thèmes porteurs mais insuffisamment approfondis. Réalisation fluide et maîtrisée. Jeu naturel d'interprètes non professionnelles. (sortie en salle: 18 septembre 2020)

Membre de l'équipe de natation canadienne, Nadia annonce qu'elle mettra fin à sa carrière après les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. Mais cette décision, prise alors qu'elle n'a que 23 ans, paraît irréfléchie aux yeux de tous, notamment de Sébastien, l'entraîneur attentionné qui la suit depuis des années. La jeune Québécoise reste convaincue de son choix de quitter la compétition pour retourner aux études, et le fait savoir à qui veut l'entendre. Parvenue au quatrième rang de la finale individuelle, Nadia se rattrape en remportant le bronze au relais par équipe. Ce résultat positif accentue le malaise causé par son annonce. Marie-Pierre, son amie et partenaire d'entraînement depuis l'adolescence, lui apporte un certain réconfort. À la veille de rentrer au Québec, les deux jeunes femmes s'offrent une échappée belle dans le Tokyo nocturne.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après le délicat LES FAUX TATOUAGES, Pascal Plante revient avec une oeuvre plus ambitieuse et exigeante, offrant une variation originale et humaniste sur l'ambition et le dépassement de soi. Le lien complexe, ambigu, entre l'athlète et sa passion est évoqué au fil d'un récit initiatique mis en scène avec fluidité et une grande maîtrise technique. Le premier droit, haletant, vibre au rythme d'une course incertaine. Puis, le film opère un changement de ton radical pour se concentrer sur les tourments psychologiques de l'héroïne. Atmosphérique et impressionniste, ce second volet délibérément taiseux séduit par sa sensibilité, à l'instar de la touchante scène de confidences sur la plage au petit matin. Reste que Plante peine à approfondir ses thèmes (individualisme, isolement, marginalité, etc.), ainsi qu'à bien cerner les motivations de sa protagoniste. Celle-ci est incarnée avec naturel par la nageuse Katerine Savard, qui partage une belle complicité avec sa consoeur Ariane Mainville, elle aussi comédienne non professionnelle.

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Can. 2020. Drame sportif de Pascal Plante avec Katerine Savard, Pierre-Yves Cardinal, Ariane Mainville. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

Une nageuse québécoise de 23 ans décide d'arrêter la compétition après les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. La médaille de bronze qu'elle remporte au relais par équipe accentue le malaise qui s'est installé depuis l'annonce de sa décision, jugée irréfléchie par son entourage.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3