Goto main content
4

Laisse-le partir (Let Him Go)

É.-U. 2020. Drame policier de Thomas Bezucha avec Diane Lane, Kevin Costner, Lesley Manville. Après la mort de leur fils, un shérif à la retraite et sa femme s'efforcent de récupérer la garde de leur petit-fils, maltraité par la famille de son nouveau beau-père. Western contemporain efficace, adapté du roman de Larry Watson. Récit nostalgique, parfois manipulateur. Réalisation conventionnelle. K. Costner et D. Lane nuancés. L. Manville mémorable. (sortie en salle: 6 novembre 2020)

13 ans + (violence)
4

Laisse-le partir (Let Him Go)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)

É.-U. 2020. Drame policier de Thomas Bezucha avec Diane Lane, Kevin Costner, Lesley Manville.

Après la mort de leur fils, un shérif à la retraite et sa femme s'efforcent de récupérer la garde de leur petit-fils, maltraité par la famille de son nouveau beau-père. Western contemporain efficace, adapté du roman de Larry Watson. Récit nostalgique, parfois manipulateur. Réalisation conventionnelle. K. Costner et D. Lane nuancés. L. Manville mémorable. (sortie en salle: 6 novembre 2020)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Thomas Bezucha
D'après le roman de Larry Watson
Photographie :
Musique :
Montana, années soixante. Peu de temps après la mort de son époux dans un accident équestre, Lorna se remarie avec Donny Weboy, fils de fermiers du Dakota du Nord. Par la même occasion, elle quitte le ranch où elle vivait avec son beau-père George Blackledge, shérif à la retraite, et son épouse Margaret. Le jeune couple rompt tout contact avec l'extérieur avant de disparaître sans laisser d'adresse. Inquiets pour leur petit-fils Jimmy, parti avec sa mère, Margaret et George prennent la route pour aller le récupérer. Un Amérindien en fuite, qui les a guidés vers la maison des Weboy, les met en garde contre ce clan hostile, dirigé par une grossière et arrogante matriarche.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Tiré du roman de Larry Watson, ce drame familial se décline sous la forme d'un western contemporain efficace, à défaut d'être vraiment original. Simple en apparence, le scénario, signé par le réalisateur Thomas Bezucha (MONTE-CARLO, THE FAMILY STONE), évoque des thématiques graves, telles que la violence conjugale et le sort réservé aux communautés autochtones. Le regard porté sur des citoyens qui n'ont de justice que celle des fusils s'avère en outre plutôt acerbe. Cela dit, la bouille craquante du bambin sert un dessein parfois ambigu et manipulateur, également perceptible dans la trame musicale sirupeuse et des retours en arrière insistants. Nostalgique à souhait, illustrant à grands coups de panoramiques la splendeur de l'Amérique rurale, le film compte plusieurs temps forts et fait habilement grimper la tension, jusqu'à un dénouement explosif. Kevin Costner et Diane Lane font preuve de nuance dans leur jeu, tandis que Lesley Manville (PHANTOM THREAD, MR. TURNER) livre une prestation mémorable dans un rôle très délicat, à un cheveu du stéréotype.

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Comédie d'horreur de Christopher Landon avec Kathryn Newton, Vince Vaughn, Celeste O’Connor. Classement: 13 ans + (violence, horreur).

Armé d'un couteau rituel aztèque, qu'il a volé la veille, un tueur en série masqué s'en prend à une adolescente, qu'il blesse sans la tuer. Aussitôt, l'assassin est magiquement transporté dans le corps de sa proie, et vice versa.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3