Go to main content
3

Les Intranquilles

Lux. 2021. Drame de Joachim Lafosse avec Leïla Bekhti, Damien Bonnard, Gabriel Merz Chammah. La vie paisible d'une petite famille chavire lorsque le père, un artiste peintre bipolaire et surmené, cesse de prendre ses médicaments. Drame familial bouleversant. Parallèle judicieux entre maladie mentale et création artistique. Réalisation lumineuse. L. Bekhti déchirante. D. Bonnard habité. (sortie en salle: 20 mai 2022)

Général
3

Les Intranquilles (Les Intranquilles)

Général Général

Lux. 2021. Drame de Joachim Lafosse avec Leïla Bekhti, Damien Bonnard, Gabriel Merz Chammah.

La vie paisible d'une petite famille chavire lorsque le père, un artiste peintre bipolaire et surmené, cesse de prendre ses médicaments. Drame familial bouleversant. Parallèle judicieux entre maladie mentale et création artistique. Réalisation lumineuse. L. Bekhti déchirante. D. Bonnard habité. (sortie en salle: 20 mai 2022)

Leïla, ébéniste, et Damien, artiste peintre, vivent heureux dans leur belle maison au bord de la Méditerranée. Entre sorties en mer avec leur garçon, séances de piscine et promenades en mobylette, l’été s’écoule paisiblement. Mais le comportement déroutant de l’homme surmené cache un problème plus profond. Bipolaire, Damien doit suivre un traitement au lithium. Or, depuis qu’il s’est engagé à exécuter 40 tableaux en 40 jours, il refuse catégoriquement de prendre ses médicaments. Au fil des jours, la situation empire, au point de mettre en péril la vie du couple. Leïla n’a alors plus qu’une solution: faire interner son mari.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après le modeste CONTINUER, le Belge Joachim Lafosse (ÉLÈVE LIBRE, L'ÉCONOMIE DU COUPLE) revient en force avec ce drame familial bouleversant sur les affres de la bipolarité et l’impuissance des proches des personnes qui en sont atteintes. Librement inspiré de l’enfance du cinéaste, le récit procède par petites touches bien calibrées pour développer un crescendo dramatique faisant écho à la dégradation mentale du protagoniste. Laquelle est évoquée grâce à un parallèle judicieux avec l’enfermement social causé par la création artistique effrénée. En ressort une oeuvre captivante de bout en bout, dénuée de clichés et de pathos. La lourdeur clinique du propos est désamorcée par une mise en scène délicate et lumineuse, renforcée par les belles images aux tons bleutés de Jean-François Hensgens, directeur photo attitré de Lafosse. Damien Bonnard (LES MISÉRABLES, SEULES LES BÊTES) incarne avec une rare intensité cet artiste tourmenté et égaré. Dans la peau d’une femme résolue à ne rien lâcher, Leïla Bekhti (LE GRAND BAIN) nous atteint en plein coeur. (Texte rédigé en novembre 2021, dans le cadre du Festival Cinemania)

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3