Aller au contenu principal
4

Candyman: Le spectre maléfique (Candyman)

É.-U. 2021. Drame d'horreur de Nia DaCosta avec Yahya Abdul-Mateen II, Teyonah Parris, Nathan Stewart-Jarrett. Après avoir emménagé avec son épouse dans un quartier embourgeoisé, un artiste peintre s'inspire de la légende urbaine d'un tueur surnaturel pour ses futurs tableaux. Récit aux multiples échos sociopolitiques. Scénario très ambitieux pour le genre. Réalisation inégale, mais soignée. Prestation intense de Y. Abdul-Mateen II. (sortie en salle: 27 août 2021)

13 ans + (violence, horreur)
4

Candyman: Le spectre maléfique (Candyman)

13 ans + (violence, horreur) 13 ans + (violence, horreur)

É.-U. 2021. Drame d'horreur de Nia DaCosta avec Yahya Abdul-Mateen II, Teyonah Parris, Nathan Stewart-Jarrett.

Après avoir emménagé avec son épouse dans un quartier embourgeoisé, un artiste peintre s'inspire de la légende urbaine d'un tueur surnaturel pour ses futurs tableaux. Récit aux multiples échos sociopolitiques. Scénario très ambitieux pour le genre. Réalisation inégale, mais soignée. Prestation intense de Y. Abdul-Mateen II. (sortie en salle: 27 août 2021)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
L’artiste peintre Anthony McCoy et sa compagne, la galériste Brianna Cartwright, emménagent dans un luxueux loft construit sur l’ancien emplacement des tours de Cabrini-Green, jadis un des sites les plus pauvres de Chicago. Au hasard de sa rencontre avec un vieil habitant du quartier, Anthony apprend la légende urbaine du Candyman, un tueur surnaturel qui apparaît dès qu’on prononce son nom cinq fois. Intrigué par cette histoire, Anthony cherche à s'en inspirer pour composer ses nouveaux tableaux. Avec des résultats dramatiques.

L’AVIS DE MEDIAFILM

À la fois suite et “reboot” du classique de Bernard Rose, ce nouveau CANDYMAN s'enrichit de résonances sociopolitiques, typiques des productions de Jordan Peele (GET OUT, US). Exceptionnellement ambitieux pour le genre, le scénario aborde des questions allant du déni historique à l’appropriation culturelle, en passant par les attentes du public blanc face aux oeuvres d’artistes noirs. La mise en scène de Nia DaCosta (LITTLE WOODS) est visuellement soignée. Mais la réalisatrice semble nettement plus à l’aise dans les moments dramatiques que dans les scènes d’horreur. Le jeu intense de Yahya Abdul-Mateen II (US, THE TRIAL OF THE CHICAGO 7), la musique glaçante de Robert A. A. Lowe et quelques scènes-chocs devraient néanmoins combler d'aise les amateurs du genre.

Texte : Georges Privet

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3