Goto main content
4

We Had It Coming

Can. 2019. Drame de Paul Barbeau avec Natalie Krill, Alexia Fast, Erin Agostino. Une jeune institutrice traque à Montréal le proxénète qui serait responsable du suicide de sa soeur cadette. Dénonciation percutante de la violence faite aux femmes. Récit fragmenté, parfois énigmatique. Réalisation atmosphérique. Montage créatif. Performance sentie de N. Krill. (sortie en salle: 18 septembre 2020)

13 ans +
4

We Had It Coming (We Had It Coming)

13 ans + 13 ans +

Can. 2019. Drame de Paul Barbeau avec Natalie Krill, Alexia Fast, Erin Agostino.

Une jeune institutrice traque à Montréal le proxénète qui serait responsable du suicide de sa soeur cadette. Dénonciation percutante de la violence faite aux femmes. Récit fragmenté, parfois énigmatique. Réalisation atmosphérique. Montage créatif. Performance sentie de N. Krill. (sortie en salle: 18 septembre 2020)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Devant l'impuissance du système judiciaire à inculper le proxénète qui serait responsable du suicide de sa soeur cadette, Anna décide de prendre les choses en main. Flanquée d'Olivia, sa nouvelle petite amie, la jeune institutrice se rend à Montréal, où s'est installé le criminel. Prenant en filature la recruteuse du souteneur, les deux femmes découvrent qu'il dirige ses opérations depuis un chalet en Montérégie.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Producteur au flair certain (DEMAIN, JO POUR JONATHAN, ROMÉO ONZE), Paul Barbeau n'avait pas encore convaincu comme réalisateur (APRÈS LA NEIGE, À NOUS L'ÉTERNITÉ). C'est maintenant chose faite avec WE HAD IT COMING. Partant d'un canevas de récit de vengeance classique, l'auteur formule une dénonciation percutante et multifacettes de la violence faite aux femmes, d'une résonance on ne peut plus actuelle. Agressions verbales, viols, raclées, intimidation, sont au menu d'un scénario fort, fragmenté, parfois énigmatique - moins convaincant toutefois dans son volet sentimental. Tirant le meilleur parti d'un budget modeste, Barbeau signe une mise en scène atmosphérique, qui privilégie les scènes nocturnes dans la pénombre, ainsi qu'un travail soigné sur le son. Le tout assemblé dans un montage particulièrement créatif. Dans le rôle de la soeur en colère, Natalie Krill offre une performance sentie. Et dans celui du brutal proxénète, Nabil Khatib compose une figure massive terrifiante, sans visage, comme le sont d'ailleurs tous les autres personnages masculins du film.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Can. 2020. Drame sportif de Pascal Plante avec Katerine Savard, Pierre-Yves Cardinal, Ariane Mainville. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

Une nageuse québécoise de 23 ans décide d'arrêter la compétition après les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. La médaille de bronze qu'elle remporte au relais par équipe accentue le malaise qui s'est installé depuis l'annonce de sa décision, jugée irréfléchie par son entourage.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3