Go to main content
4

Sympathie pour le diable

Qué. 2019. Drame de guerre de Guillaume de Fontenay avec Niels Schneider, Ella Rumpf, Vincent Rottiers. En 1992 à Sarajevo, un reporter de guerre français fort en gueule tente d'alerter le monde occidental sur les horreurs dont il est témoin. Plongée vertigineuse dans l'enfer de la guerre en Bosnie, inspirée du livre de Paul Marchand. Scénario manquant de profondeur. Réalisation sur le vif. N. Schneider très convaincant. (sortie en salle: 29 novembre 2019)

13 ans +
4

Sympathie pour le diable (Sympathie pour le diable)

13 ans + 13 ans +

Qué. 2019. Drame de guerre de Guillaume de Fontenay avec Niels Schneider, Ella Rumpf, Vincent Rottiers.

En 1992 à Sarajevo, un reporter de guerre français fort en gueule tente d'alerter le monde occidental sur les horreurs dont il est témoin. Plongée vertigineuse dans l'enfer de la guerre en Bosnie, inspirée du livre de Paul Marchand. Scénario manquant de profondeur. Réalisation sur le vif. N. Schneider très convaincant. (sortie en salle: 29 novembre 2019)

Sarajevo, novembre 1992. Depuis sept mois, les forces armées serbes pilonnent sans relâche la capitale de la Bosnie. Au centre de la ville assiégée, un hôtel désaffecté sert de camp de retranchement pour la poignée de reporters internationaux encore présents sur place. Parmi ceux-ci, le Français Paul Marchand, correspondant pour les médias francophones européens et canadiens. Au volant de sa vieille Ford blanche, ce dandy dégingandé fumant cigare sur cigare brave tous les dangers pour suivre les événements au plus près, en compagnie de Vincent, son photographe, et Boba, la jeune Serbe qui lui sert d'interprète. Outré par la neutralité des Casques bleus, le journaliste se bat contre l'apathie du monde occidental en dénonçant sans ambages l'inégalité des combats.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Fruit d'un travail de près de quinze ans, ce premier long métrage coup de poing du Québécois Guillaume de Fontenay est une plongée vertigineuse dans l'enfer de la guerre en Bosnie. Inspiré du roman éponyme de Paul Marchand et tourné sur les lieux mêmes des événements, le film rive le spectateur au coeur de l'action, au fil d'un récit prenant de bout en bout, tout juste adouci par la délicate évocation de l'idylle du reporter avec sa traductrice. Toutefois, en dépit de sa critique bien sentie du journalisme-spectacle, le scénario manque de développer pleinement la psychologie du protagoniste et ne fournit que peu d'éléments contextuels sur un conflit fratricide complexe ayant causé la mort de près de 100 000 personnes en quatre ans. En revanche, la caméra à l'épaule nerveuse du directeur photo Pierre Aim (POLISSE) contribue à rendre haletante cette expérience, comparable à celle d'un jeu vidéo immersif. Dans la peau du défunt Paul Marchand, à fleur de peau sous ses airs de cow-boy de l'information, Niels Schneider (UN AMOUR IMPOSSIBLE) est très convaincant. Vincent Rottiers et Ella Rumpf lui donnent la réplique avec assurance.

Texte : Charles-Henri Ramond

COMMENTAIRES

30 novembre 2021, 13:28:29

Par : damir Ohranovic, Montréal

Excellent film

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2022. Drame de Frédéric Tellier avec Gilles Lellouche, Pierre Niney, Emmanuelle Bercot. Classement: .

En France, un avocat spécialisé en droit environnemental et une militante écologiste se battent chacun de leur côté pour faire interdire un pesticide mortel, dont les avantages économiques sont âprement défendues par un lobbyiste influent.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3