Goto main content
3

Nos mères (Nuestras Madres)

Guat. 2019. Drame de César Diaz avec Armando Espitia, Emma Dib, Aurelia Caal. Au Guatemala, un anthropologue judiciaire croit avoir retrouvé les restes de son père, un guérillero disparu en 1982 durant la guerre civile. Évocation discrète des heures sombres d'un peuple meurtri. Récit bref et économe, aux données sociopolitiques sommaires. Réalisation sensible, parfois ingénieuse. A. Espitia solide. (sortie en salle: 17 juillet 2020)

Général
3

Nos mères (Nuestras Madres)

Général Général

Guat. 2019. Drame de César Diaz avec Armando Espitia, Emma Dib, Aurelia Caal.

Au Guatemala, un anthropologue judiciaire croit avoir retrouvé les restes de son père, un guérillero disparu en 1982 durant la guerre civile. Évocation discrète des heures sombres d'un peuple meurtri. Récit bref et économe, aux données sociopolitiques sommaires. Réalisation sensible, parfois ingénieuse. A. Espitia solide. (sortie en salle: 17 juillet 2020)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Alors que débutent au Guatemala les procès des militaires à l'origine de la guerre civile, l'anthropologue judiciaire Ernesto Gonzalez poursuit son patient travail: l'exhumation dans les fosses communes des ossements des victimes et leur identification à l'aide de tests d'ADN. Un matin, Ernesto reçoit la visite de Nicolosa, Amérindienne sexagénaire venue de son lointain village en montagne. Celle-ci souhaite récupérer les restes de son mari, enfouis dans un champ à quelques dizaines de mètres de sa maison. Sur la photo que lui remet la pauvre veuve, l'anthropologue croit reconnaître à côté du défunt son propre père, un chef de la guérilla qui aurait été assassiné par les militaires en 1982.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Caméra d'Or à Cannes en 2019, NOS MÈRES revient avec discrétion et subtilité sur les heures sombres d'un peuple meurtri. Plus de deux cent mille Guatémaltèques, en majorité d'origine maya, ont été massacrés au cours de ce long conflit fratricide, qui a pris fin en 1996. À l'instar de Claude Lanzmann dans SHOAH, Cesar Diaz privilégie la parole aux images pour évoquer l'horreur et la cruauté des sévices subis par certaines victimes, les mères du titre. Et une autre cueillette de témoignages, celle-là impromptue, procure au film son plus beau moment de mise en scène, d'une touchante poésie. Toutefois, au fil de son récit bref et économe, Diaz se dispense d'expliquer aux non-initiés les causes profondes de la guerre civile dans son pays d'origine, ce qui rend la lecture du film plus ardue. S'il apparaît un peu jeune pour tenir le rôle d'Ernesto, Armando Espitia (HELI) livre néanmoins une interprétation solide. Dans la peau de la mère de ce dernier, Emma Dib s'impose avec autorité et dignité.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2019. Comédie sentimentale de Christophe Honoré avec Chiara Mastroianni, Benjamin Biolay, Vincent Lacoste. Classement: En attente de classement.

Ses nombreuses infidélités ayant été découvertes par son époux, qui l'aime toujours autant après vingt ans de mariage, une professeure de droit quitte discrètement l'appartement en pleine nuit et loue une chambre à l'hôtel d'en face, pour faire le point sur leur relation.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3