Goto main content
4

Le Château

Can. 2019. Documentaire de Denys Desjardins . Dans une résidence pour aînés de Montréal-Nord, une patiente dont la santé décline se voit forcée d'emménager sur un étage réservé aux personnes en perte d'autonomie. Observation sensible de la vieillesse. Mélange adroit d'intime et d'universel. Réalisation maîtrisée. Trame sonore travaillée. Intervenants touchants.

En attente de classement
4

Le Château (Le Château)

En attente de classement En attente de classement

Can. 2019. Documentaire de Denys Desjardins .

Dans une résidence pour aînés de Montréal-Nord, une patiente dont la santé décline se voit forcée d'emménager sur un étage réservé aux personnes en perte d'autonomie. Observation sensible de la vieillesse. Mélange adroit d'intime et d'universel. Réalisation maîtrisée. Trame sonore travaillée. Intervenants touchants.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Musique :
Pays :
Distributeur :
À 88 ans, Madeleine n'a rien perdu de sa joie de vivre. Elle vit seule dans une résidence pour personnes âgées de Montréal-Nord, dans un appartement de quatre pièces qu'elle a décoré à son goût et dans lequel elle se sent chez elle. Le cinéaste, son fils, lui rend visite régulièrement pour recueillir ses souvenirs et filmer ses interactions avec ses voisins et amis. Mais progressivement, la vieille dame perd la mémoire. De plus en plus souvent, elle déambule seule dans les couloirs de l'établissement et ne parvient plus à regagner son appartement. Les médecins n'ont d'autre choix que de déménager la patiente sur un étage plus sécuritaire, réservé aux personnes en perte d'autonomie. Une décision que Madeleine a bien du mal à comprendre et à accepter.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après l'expérimental LA ZONE, Denys Desjardins revient à un style plus conventionnel, et plus convaincant, avec cet essai pudique sur un milieu de vie brutalement mis en lumière durant la pandémie de COVID-19. Outre l'intention de rendre hommage à sa mère, et par extension à tous les résidents des "Châteaux" du Québec, Desjardins met en lumière les faiblesses d'un système complexe manquant parfois d'humanité. Les plans fixes des façades de la résidence et de leurs centaines de fenêtres identiques, derrière lesquelles on imagine bien la solitude des résidents sont, à ce chapitre, particulièrement éloquentes. Pour autant, le cinéaste ne cherche pas la controverse. Il privilégie au contraire les moments de complicité passés avec sa mère, emportée par la pandémie après l'achèvement du film. En résulte une observation touchante et simple de la vieillesse, allégée par l'humour pétillant de la protagoniste. À noter enfin la qualité de la trame sonore de Claude Beaugrand, qui traduit en sons la perte de repères vécue par les personnes en fin de vie.

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Arg. 2018. Drame de Benjamin Naishtat avec Dario Grandinetti, Andrea Frigerio, Alfredo Castro. Classement: En attente de classement.

Dans une Argentine politiquement instable, la vie quotidienne sans histoire d'un avocat, père de famille bourgeois, se met à vaciller après une altercation remarquée avec un client agressif dans un restaurant.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3