Goto main content
3

God Exists, Her Name Is Petrunija (Gospod postoi, imeto i' e Petrunija)

2019. Comédie de Teona Strugar Mitevska avec Zorica Nusheva, Labina Mitevska, Simeon Moni Damevski. Diplômée en histoire, une chômeuse célibataire s'attire l'opprobre de ses concitoyens, en s'emparant d'une croix sacrée durant un rituel religieux réservé aux hommes. Savoureuse allégorie sur le pouvoir et la place des femmes dans la société macédonienne. Juste équilibre entre émotion et absurdité. Quelques contours plus caricaturaux. Composition sensible de Z. Nusheva.

En attente de classement
3

God Exists, Her Name Is Petrunija (Gospod postoi, imeto i' e Petrunija)

En attente de classement En attente de classement

2019. Comédie de Teona Strugar Mitevska avec Zorica Nusheva, Labina Mitevska, Simeon Moni Damevski.

Diplômée en histoire, une chômeuse célibataire s'attire l'opprobre de ses concitoyens, en s'emparant d'une croix sacrée durant un rituel religieux réservé aux hommes. Savoureuse allégorie sur le pouvoir et la place des femmes dans la société macédonienne. Juste équilibre entre émotion et absurdité. Quelques contours plus caricaturaux. Composition sensible de Z. Nusheva.

Au retour d'un entretien d'emploi humiliant, Petronya, célibataire de 32 ans diplômée en histoire, croise la procession annuelle de l'Épiphanie, presque arrivée à la rivière. Sur un coup de tête, elle plonge dans l'eau glacée, afin d'attraper la croix sacrée jetée par le pope. La tradition ne permettant pas aux femmes de participer à cette cérémonie, Petronya provoque la colère de la cinquantaine de participants mâles, qui se sentent dépossédés. Sentant la violence gronder, la jeune femme part se réfugier chez elle. Bien vite, les médias s'emparent de la nouvelle et interrogent les représentants des deux autorités en cause: l'Église, qui exige la restitution de la croix, et la police, composée d'hommes lâches et conformistes. Arrêtée et placée en garde à vue, Petronya tient tête à ses adversaires.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Dans la tradition chrétienne, Sainte-Pétronille guérit les fièvres. Elle en provoque toute une dans cette savoureuse comédie sur le pouvoir (religieux, judiciaire, médiatique) et la place des femmes dans la société macédonienne contemporaine. Pleine d'esprit, ponctuée d'irrésistibles éclats d'humour, cette allégorie signée Teona Strugar Mitevska porte sa grande charge symbolique avec la grâce d'une plume au vent. Les contours caricaturaux de certains personnages sont parfois outrés, et le film accuse au mitan un certain flottement. Mais tout du long, la cinéaste parvient à maintenir un juste équilibre entre émotion et absurdité. Surtout, elle demeure solidaire de son héroïne impromptue, investie d'une connaissance (l'histoire) dont son pays n'a que faire. Zorica Nusheva la campe avec un mélange exquis de hardiesse et de mélancolie, libérant au fil du récit sa beauté niée et son intelligence refoulée. La toute première image du film annonce que Petronya marcherait sur les eaux. La suite tient cette promesse. (Texte rédigé en février 2019, dans le cadre du Festival de Berlin - Compétition officielle)

Texte : Martin Bilodeau

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2018. Documentaire de Alan Elliott, Sydney Pollack. Classement: Général.

En 1972, le réalisateur Sydney Pollack (THE WAY WE WERE, OUT OF AFRICA) filme pendant deux jours Aretha Franklin, alors qu'elle enregistre un album de classiques du gospel, devant l'auditoire d'une église baptiste de Los Angeles.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3