Goto main content
4

Les Routes en février

Can. 2017. Drame de Katherine Jerkovic avec Arlen Aguayo-Stewart, Gloria Demassi, Mathias Perdigon. Une jeune Néo-Québécoise en deuil se rend chez sa grand-mère en Uruguay, afin d'en savoir davantage sur ce qui a poussé ses parents à fuir leur pays dix ans plus tôt. Variations justes et sensibles sur les thèmes du récit d'apprentissage. Portrait de femme réaliste et attachant. Enjeux dramatiques ténus. Réalisation sobre. Photographie experte. Jeu délicat des deux comédiennes. (sortie en salle: 8 février 2019)

Général
4

Les Routes en février (Les Routes en février)

Général Général

Can. 2017. Drame de Katherine Jerkovic avec Arlen Aguayo-Stewart, Gloria Demassi, Mathias Perdigon.

Une jeune Néo-Québécoise en deuil se rend chez sa grand-mère en Uruguay, afin d'en savoir davantage sur ce qui a poussé ses parents à fuir leur pays dix ans plus tôt. Variations justes et sensibles sur les thèmes du récit d'apprentissage. Portrait de femme réaliste et attachant. Enjeux dramatiques ténus. Réalisation sobre. Photographie experte. Jeu délicat des deux comédiennes. (sortie en salle: 8 février 2019)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
À la mort de son père, Sarah, Néo-Québécoise dans la vingtaine, quitte Montréal pour rendre visite à Magda, sa grand-mère vivant seule dans une bourgade perdue de la campagne uruguayenne. Venue renouer avec les lieux qui ont bercé son enfance, la jeune femme souhaite également en apprendre davantage sur ce qui a poussé ses parents à fuir au Canada, il y a plus de dix ans. Pour y parvenir, et enfin faire son deuil, elle devra d'abord briser le silence de son aïeule, qui n'a jamais accepté que son fils l'abandonne sans explication.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Premier long métrage de fiction de la Montréalaise Katherine Jerkovic, LES ROUTES EN FÉVRIER propose des variations justes et sensibles sur un sujet connu. Née d'une mère uruguayenne et d'un père croato-argentin, la cinéaste puise à même sa propre expérience pour élaborer une intrigue simple et exempte de pathos, qui marie habilement drame générationnel et récit d'apprentissage, en plus d'offrir une douce illustration du déracinement. En outre, le portrait de cette jeune femme cherchant à se construire, malgré des repères socioculturels chamboulés, un passé inconnu et un avenir professionnel incertain s'avère aussi réaliste qu'attachant. Toutefois, le scénario contemplatif, avare de dialogues, peine à développer ses enjeux dramatiques ténus, dont plusieurs demeurent en suspens. Reste que la direction photo de Nicolas Canniccioni (LA PETITE FILLE QUI AIMAIT TROP LES ALLUMETTES), ainsi que la légèreté et la sobriété de la réalisation, confèrent à l'ensemble un riche pouvoir d'évocation. Tout comme les compositions délicates de la nouvelle venue Arlen Aguayo Stewart et de la chevronnée actrice de théâtre Gloria Demassi.

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Can. 2019. Drame de Louise Archambault avec Andrée Lachapelle, Gilbert Sicotte, Rémy Girard. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

Une octogénaire échappée de l'asile et une jeune photographe, à la recherche des survivants des grands feux qui ont autrefois embrasé la région, font irruption dans la vie de deux vieillards vivant en ermites sur les rives d'un lac sauvage.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3