Goto main content
5

Le Nid

Can. 2018. Thriller de David Paradis avec Pierre-Luc Brillant, Isabelle Blais, Danaé Bégin. Enfermé dans le sous-sol d'un immeuble désaffecté pour les besoins d'un projet de film avec sa conjointe restée au dehors, un cinéaste se met à perdre la raison. Production minimaliste partie du bon pied, mais dont l'intrigue se délite. Dénouement téléphoné. Parti pris esthétique intriguant. Duo de vedettes investi. (sortie en salle: 31 août 2018)

13 ans +
5

Le Nid (Le Nid)

13 ans + 13 ans +

Can. 2018. Thriller de David Paradis avec Pierre-Luc Brillant, Isabelle Blais, Danaé Bégin.

Enfermé dans le sous-sol d'un immeuble désaffecté pour les besoins d'un projet de film avec sa conjointe restée au dehors, un cinéaste se met à perdre la raison. Production minimaliste partie du bon pied, mais dont l'intrigue se délite. Dénouement téléphoné. Parti pris esthétique intriguant. Duo de vedettes investi. (sortie en salle: 31 août 2018)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Avec quelques bagages, dont sa caméra numérique, Pierre-Luc s'enferme dans le sous-sol d'un vieil immeuble désaffecté. Un message vidéo, envoyé sur son ordinateur portable par sa conjointe Isabelle restée dehors, lui apprend les règles du jeu. Durant chacun des cinq jours de sa claustration, il devra réaliser à son intention une vidéo, en réponse aux cinq vérités qu'elle prévoit lui dévoiler dans le même laps de temps. But de l'exercice: réaliser en tandem un film qui leur permettra d'exorciser un passé douloureux. Mais dès le deuxième jour, une révélation d'infidélité fait perdre pied à Pierre-Luc. Tandis que son ressentiment prend le dessus, l'étau se resserre sur le cinéaste, qui réagit très mal au fait d'être enfermé, manipulé, parfois même privé de nourriture. Et qui est ce pompier fantomatique, armé d'une hache, qui lui rend visite chaque nuit?

L’AVIS DE MEDIAFILM

Cette production à microbudget part d'une bonne idée, qui se délite en cours de route. Formellement, le pari du huis clos pour couple de cinéastes en mal de thérapie intrigue et interpelle. D'autant que le décor (un sous-sol décrépit et labyrintique qui n'aurait pas déplu à David Lynch) est exploité de façon à refléter à la fois l'état mental du personnage et le projet de film pour lequel il a consenti à s'y faire enfermer. Mais sa pénitence devient assez vite la nôtre, alors que le scénario minimaliste, cosigné par le réalisateur David Paradis (la websérie "Les Roux"), dévide son écheveau à coups de pièges psychologiques et de retournements défiant toute logique. Couple à la ville, Pierre-Luc Brillant et Isabelle Blais se prêtent avec une bonne grâce évidente à ce sordide jeu du chat et de la souris flirtant paresseusement avec l'autodérision (personnages et acteurs portent le même prénom), qui escorte le spectateur, avec une lenteur stupéfiante, jusqu'à un dénouement téléphoné. (Texte rédigé en juillet 2018, dans le cadre du Festival Fantasia de Montréal)

Texte : Martin Bilodeau

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Can. 2020. Drame de Daniel Roby avec Antoine Olivier Pilon, Josh Hartnett, Stephen McHattie. Classement: 13 ans +.

En 1989, un journaliste d'enquête du Globe and Mail s'efforce de prouver qu'un jeune toxicomane québécois, détenu en Thaïlande pour trafic de drogue, a été piégé par des agents de la GRC, qui l'avaient pris à tort pour un joueur majeur dans la filière asiatique.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3