Goto main content
3

La Grande noirceur

Can. 2018. Drame de Maxime Giroux avec Martin Dubreuil, Reda Kateb, Sarah Gadon. Rentrant au Québec d'un exil dans l'ouest américain pour éviter la conscription, un imitateur de Charlot affronte les inquiétants résidents d'un village fantôme. Puissante épopée onirique. Méditation sur l'Amérique complexe, parfois hermétique. Audacieux mélange de genres. Direction photo délicate. M. Dubreuil habité. (sortie en salle: 25 janvier 2019)

13 ans + (violence)
3

La Grande noirceur (La Grande noirceur)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)

Can. 2018. Drame de Maxime Giroux avec Martin Dubreuil, Reda Kateb, Sarah Gadon.

Rentrant au Québec d'un exil dans l'ouest américain pour éviter la conscription, un imitateur de Charlot affronte les inquiétants résidents d'un village fantôme. Puissante épopée onirique. Méditation sur l'Amérique complexe, parfois hermétique. Audacieux mélange de genres. Direction photo délicate. M. Dubreuil habité. (sortie en salle: 25 janvier 2019)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Afin d'échapper à la conscription, Philippe s'exile dans l'ouest des États-Unis. De passage dans une petite ville, le Québécois remporte un concours d'imitateurs de Charlot doté d'une somme rondelette. Sa joie est de courte durée, puisqu'au sortir de la salle de spectacle, des malfrats qui l'avaient repéré le délestent de son argent, ne lui laissant que son maigre baluchon, sa canne et son chapeau melon. Errant dans d'immenses étendues désertiques et inhospitalières, Philippe croise la route de Batignolles, un imprésario gouailleur qui le conduit dans un campement d'ouvriers, d'où il pense pouvoir regagner la maison familiale et sa mère anxieuse. Sur le chemin du retour, il fait une halte dans un village fantôme, peuplé d'étranges personnages vivant dans la cave d'une masure abandonnée.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après deux drames intimistes stoïques (DEMAIN, JO POUR JONATHAN), Maxime Giroux ouvrait les vannes de l'émotion avec l'acclamé FÉLIX ET MEIRA. Le réalisateur nous surprend à nouveau avec cette épopée onirique et métaphysique. Résolument déconnectée des thèmes habituels du cinéma québécois, l'intrigue fournit peu de clés d'interprétation, laissant le champ libre à l'imaginaire du spectateur. Celui-ci pourra y voir diverses métaphores: la perte d'innocence d'une Amérique ayant pris conscience de sa surpuissance; la solitude des Canadiens-Français dans une Amérique indifférente; un portrait allégorique du cinéaste hérissé contre le système, etc. Il en résulte une méditation complexe, dense, parfois hermétique, que Giroux rend expressive par un audacieux mélange des genres (horreur, comédie, western, récit de survie, etc.). La direction photo de Sara Mishara et la musique d'Olivier Alary ajoutent leur touche délicate à l'entreprise, de même que la distribution d'acteurs à contre-emploi, dominée par un Martin Dubreuil habité.

Texte : Charles-Henri Ramond

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2018. Drame de Jeanne Herry avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche, Élodie Bouchez. Classement: Général.

En France, sur une période de trois mois, les étapes administratives et les interventions humaines ayant mené à l'adoption, par une quadragénaire célibataire, d'un bébé qui avait été confié à l'État par sa mère à la naissance.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3