Goto main content
4

Destruction (Destroyer)

É.-U. 2018. Drame policier de Karyn Kusama avec Nicole Kidman, Toby Kebbell, Tatiana Maslany. Pour résoudre un meurtre non élucidé, une détective traumatisée doit retrouver les membres d'un gang criminel qu'elle avait infiltré dix-sept ans plus tôt. Polar puzzlesque audacieux et déroutant. Sensibilité scabreuse parfois excessive. Réalisation épousant le chaos intérieur de l'héroïne. N. Kidman stupéfiante dans un contre-emploi. (sortie en salle: 25 janvier 2019)

13 ans + (violence, langage vulgaire)
4

Destruction (Destroyer)

13 ans + (violence, langage vulgaire) 13 ans + (violence, langage vulgaire)

É.-U. 2018. Drame policier de Karyn Kusama avec Nicole Kidman, Toby Kebbell, Tatiana Maslany.

Pour résoudre un meurtre non élucidé, une détective traumatisée doit retrouver les membres d'un gang criminel qu'elle avait infiltré dix-sept ans plus tôt. Polar puzzlesque audacieux et déroutant. Sensibilité scabreuse parfois excessive. Réalisation épousant le chaos intérieur de l'héroïne. N. Kidman stupéfiante dans un contre-emploi. (sortie en salle: 25 janvier 2019)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Sur la scène d'un meurtre, Erin Bell, détective de la police de Los Angeles, révèle aux enquêteurs qu'elle croit connaître le responsable. Un indice lui rappelle curieusement les méthodes d'un certain Silas, chef d'un dangereux gang criminel qu'elle a infiltré dix-sept ans plus tôt, avec des conséquences désastreuses. La détective solitaire décide alors de se lancer seule à la recherche de Silas et des membres de sa bande, au risque de croiser quelques-uns des démons de son passé.

L’AVIS DE MEDIAFILM

La première chose qui fascine dans ce film étrange, c'est la transformation très théâtrale (presque Kabuki) de Nicole Kidman, qui s'est donnée ici l'allure du Clint Eastwood des années 1990. Même silhouette longue et mince, même figure burinée, même voix monocorde. Portant ce visage comme un masque, la talentueuse comédienne incarne de manière stupéfiante une sorte de morte-vivante dont la vie semble s'être figée à la suite d'une mystérieuse tragédie. On aura compris que DESTROYER est un polar psychologique et existentiel audacieux, un puzzle narratif dont les pièces ne trouvent leur place qu'au dénouement, étonnamment satisfaisant. Captivant mais inégal, avec sa sensibilité scabreuse parfois excessive, l'ensemble dégage un trouble certain. Lequel est amplifié par la mise en scène impressionniste de Karyn Kusama (GIRLFIGHT), qui embrasse habilement le chaos intérieur de l'héroïne, ainsi que par une direction-photo et une musique tout aussi fracturées et dissonantes.

Texte : Georges Privet

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Ind. 2018. Drame sentimental de Rohena Gera avec Tillotama Shome, Vivek Gomber, Ahmareen Anjum. Classement: Général.

À Bombay, une jeune servante venue de la campagne entreprend des études en design de mode, dans l'espoir de s'émanciper. Elle obtient l'aval de son patron, un fils de bonne famille mal dans sa peau, qui n'est pas insensible à ses charmes.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3