Go to main content
4

Miss Peregrine et les enfants particuliers (Miss Peregrine's Home For Peculiar Children)

É.-U. 2016. Drame fantastique de Tim Burton avec Asa Butterfield, Eva Green, Ella Purnell. Un adolescent parvient à une maison où le temps s'est arrêté en 1943, et qui est habitée par une gouvernante et des enfants dotés de pouvoirs spéciaux. Adaptation soignée mais un peu lisse du roman fantastique de Ransom Riggs. Thème de la marginalité bien exploité. Esthétique joliment gothique. Distribution talentueuse dominée par E. Green. (sortie en salle: 30 septembre 2016)

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
4

Miss Peregrine et les enfants particuliers (Miss Peregrine's Home For Peculiar Children)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

É.-U. 2016. Drame fantastique de Tim Burton avec Asa Butterfield, Eva Green, Ella Purnell.

Un adolescent parvient à une maison où le temps s'est arrêté en 1943, et qui est habitée par une gouvernante et des enfants dotés de pouvoirs spéciaux. Adaptation soignée mais un peu lisse du roman fantastique de Ransom Riggs. Thème de la marginalité bien exploité. Esthétique joliment gothique. Distribution talentueuse dominée par E. Green. (sortie en salle: 30 septembre 2016)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Jane Goldman
D'après le roman de Ransom Riggs
Photographie :
Montage :
Enfant, Jake adorait les histoires fantastiques que son grand-père Abe lui racontait à propos d'une maison tenue par une gouvernante aux pouvoirs magiques, Miss Peregrine. Y ayant lui-même séjourné, Abe a bien connu les enfants aux dons spéciaux qu'elle gardait près d'elle, dont Emma, plus légère que le vent, et Enoch, le garçon invisible. Parvenu à l'adolescence, Jake attribue les récits du vieillard à une démence sénile. Mais l'assassinat de ce dernier par une créature dévoreuse d'yeux le fait changer d'avis. Guidé par les indices laissés par le défunt, l'adolescent découvre au pays de Galles un passage vers la maison de Miss Peregrine, où le temps s'est arrêté en 1943, juste avant que les bombes des avions allemands ne l'anéantissent. La gouvernante, Emma, Enoch et les autres enfants sont heureux de rencontrer le petit-fils d'Abe. Tous tenteront de lui faire comprendre qu'il a lui-même un don et qu'il devra les protéger du maléfique Barron et de ses complices, les Faucheurs, qui se nourrissent d'yeux d'enfants doués afin de préserver leur apparence humaine.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Tim Burton, cinéaste par excellence de l'imaginaire, du merveilleux et de l'enfance, se serait-il assagi? La question se pose devant cette adaptation soignée mais un peu lisse du roman fantastique de Ransom Riggs. De fait, cette nouvelle exploration du thème fétiche du cinéaste, la marginalité, apparaît économe en exubérance et en délires visuels. Exit les coloris criards de CHARLIE AND THE CHOCOLATE FACTORY ou d'ALICE IN WONDERLAND. Même les personnages y apparaissent moins excentriques qu'à l'accoutumée et ce qui fait leur singularité est trop peu exploité. On reconnaît malgré tout la griffe de Burton dans cette esthétique joliment gothique évoquant les plus sombres SLEEPY HOLLOW et SWEENEY TODD, où s'harmonisent élégamment éléments d'horreur et imagerie d'inspiration victorienne. Par son autorité naturelle, Eva Green (DARK SHADOWS) domine aisément la distribution, pourtant composée de jeunes acteurs talentueux, dont Asa Butterfield (HUGO, ENDER'S GAME).

Texte : Manon Dumais

COMMENTAIRES

20 mai 2018, 01:13:42

Par : Mathieu Desharnais, Trois-Rivières

Assurément un 7.5 sur 10. L'histoire est imaginative (il faudrait bien que je me procure le roman) et je n'ai pas trouvé que Burton se fait plus gentil dans son approche, il a souvent d'ailleurs atténué l'horreur avec son humour. Le moment où il y a le bombardement est un morceau d'anthologie et plusieurs scènes célèbre la poésie visuelle du cinéaste.

J'attribue à ce film la Cote 3


Revue de presse

Dans la boucle de l’enfance éternelle

Sur [une] trame un rien tarabiscotée, Tim Burton fait ce qu’il sait faire de mieux: inventer des formes fascinantes, trousser des scènes enchanteresses, insuffler à sa matière toute la fantasmagorie dont l’esprit humain est empli. Laissent en revanche à désirer l’art et la manière de mener un récit.
Miss Peregrine et les enfants particuliers Tim Burton

Burton l’enchanteur

Merlin l’enchanteur est de retour avec (...) ce supplément d’âme qui faisait défaut à certaines de ses pièces montées sauce blockbuster. (...) En Eva Green, (...) il retrouve son alter ego en poésie gothique. (...) l’humour, l’action et la tension voisinent en toute harmonie avec le romanesque et le merveilleux.

Miss Peregrine et les enfants particuliers Tim Burton

On en redemande!

Le livre de Ransom Riggs est resté soixante-dix semaines en tête de la liste des best-sellers américains, et Tim Burton livre ici une adaptation jouissive, quelque part entre LA FAMILLE ADAMS et ALICE AU PAYS DES MERVEILLES. Il donne vie à un univers qui tient de l’hallucination et du conte de fées.

Miss Peregrine et les enfants particuliers Tim Burton

Tim Burton dans la gueule du loop

Burton trouve en [Eva Green] un nouvel alter ego, dont le point commun avec Johnny Depp est d’être une actrice à effets - de ce type d’artificiers qui n’en feront jamais trop pour donner vie à de pures conséquences sans cause.

Miss Peregrine et les enfants particuliers Tim Burton

Le Conte est bon pour Tim Burton

Tim Burton (re)donne le meilleur de sa frénésie créatrice dans ce conte pour (grands) enfants où l'on retrouve tous les thèmes qui lui sont chers: un jeune héros incompris des adultes, un univers fantastique, (...) des monstres. (...) Eva Green est ensorcelante en version gothique de Mary Poppins.

Miss Peregrine et les enfants particuliers Tim Burton

Tim Burton et les enfants particuliers

Si l’adaptation garde une étincelle de magie, on peut regretter que Tim Burton truffe son film d’auto-citations, au risque d’écraser la singularité d’un univers qui, proche du sien, n’en est pas moins particulier.

Miss Peregrine et les enfants particuliers Tim Burton

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2022. Drame de Frédéric Tellier avec Gilles Lellouche, Pierre Niney, Emmanuelle Bercot. Classement: .

En France, un avocat spécialisé en droit environnemental et une militante écologiste se battent chacun de leur côté pour faire interdire un pesticide mortel, dont les avantages économiques sont âprement défendues par un lobbyiste influent.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3