Goto main content
3

No Home Movie

Bel. 2015. Documentaire de Chantal Akerman . Dans son appartement cossu de Bruxelles, une femme de 85 ans vit ses derniers mois paisiblement, sous l'oeil de la caméra de sa fille, la cinéaste Chantal Akerman. Hommage affectueux hanté par la mort. Réflexions émouvantes sur la mémoire, l'aliénation et l'identité. Succession de plans fixes montés avec dynamisme. Hors champ évocateur.

En attente de classement
3

No Home Movie (No Home Movie)

En attente de classement En attente de classement

Bel. 2015. Documentaire de Chantal Akerman .

Dans son appartement cossu de Bruxelles, une femme de 85 ans vit ses derniers mois paisiblement, sous l'oeil de la caméra de sa fille, la cinéaste Chantal Akerman. Hommage affectueux hanté par la mort. Réflexions émouvantes sur la mémoire, l'aliénation et l'identité. Succession de plans fixes montés avec dynamisme. Hors champ évocateur.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Dans son appartement cossu de Bruxelles, Natalia, une femme de 85 ans d'origine polonaise, mène une vie paisible. Même si elle mange peu, que ses sorties se font rares et que sa santé décline. Mais l'amour règne. Notamment celui, palpable, qui l'unit à sa fille, Chantal Akerman. Afin de rendre hommage à cette femme qui fut au centre de son oeuvre, la cinéaste entreprend de la filmer dans son quotidien et d'enregistrer leurs conversations, des plus anodines (la cuisson des pommes de terre avec leurs pelures) aux plus graves (la déportation de Natalia à Auschwitz durant la guerre, les aléas du vieillissement). Même en voyage, à New York ou en Oklahoma, la réalisatrice continue à filmer, via Skype, ces discussions empreintes de tendresse et de bienveillance. Quelques mois après la fin du tournage, la vieille dame rend l'âme.

L’AVIS DE MEDIAFILM

La disparition récente de Chantal Akerman pare ce dernier film d'un supplément d'émotion. Mais au-delà du contexte, cette succession de plans fixes sobres et imaginatifs et d'images énigmatiques de paysages désertiques parvient aisément à toucher. Notamment par sa capacité unique à ressasser de grands thèmes de la filmographie d'Akerman: relation à la mère, mémoire, trauma de la guerre, aliénation identitaire, etc. L'ensemble est en outre monté avec dynamisme, sans s'encombrer d'explication ou de commentaire didactique. Au carrefour de l'Histoire et du discours socio-féministe, cet essai très personnel procure des moments de pure contemplation où un hors-champ évocateur exprime ce qui peut se jouer d'impalpable et d'immatériel, même de plus anxiogène, dans ce qu'une fille peut hériter de sa mère. (Texte rédigé en novembre 2015, dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal)

Texte : Helen Faradji

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Rus. 2019. Drame de Kantemir Balagov avec Viktoria Miroshnichenko, Vasilisa Perelygina, Timofey Glazkov. Classement: Général.

Leningrad, 1945. Remarquable par sa très grande taille, Iya soigne les combattants blessés dans un hôpital, tout en s'occupant avec amour d'un petit garçon. Ses retrouvailles avec son amie Masha, revenue du front, font remonter à la surface leurs traumatismes de guerre.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3