Aller au contenu principal
4

Le Dep

Qué. 2015. Drame de Sonia Bonspille-Boileau avec Ève Ringuette, Charles Buckell-Robertson, Yan England. Dans une communauté amérindienne de l'Outaouais, la caissière du dépanneur local refuse d'obtempérer aux ordres d'un voleur armé et survolté, qu'elle a reconnu sous son masque. Thème de la condition autochtone abordé de manière sensible et originale. Réalisation modeste mais efficace. Effets parfois appuyés. C. Buckell-Robertson intense. È. Ringuette peu expressive. (sortie en salle: 7 août 2015)

13 ans +
4

Le Dep (Le Dep)

13 ans + 13 ans +

Qué. 2015. Drame de Sonia Bonspille-Boileau avec Ève Ringuette, Charles Buckell-Robertson, Yan England.

Dans une communauté amérindienne de l'Outaouais, la caissière du dépanneur local refuse d'obtempérer aux ordres d'un voleur armé et survolté, qu'elle a reconnu sous son masque. Thème de la condition autochtone abordé de manière sensible et originale. Réalisation modeste mais efficace. Effets parfois appuyés. C. Buckell-Robertson intense. È. Ringuette peu expressive. (sortie en salle: 7 août 2015)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Montage :
Depuis son retour dans sa communauté amérindienne de l'Outaouais, après plusieurs années d'absence, Lydia travaille au dépanneur local, propriété de son père. L'employée du soir lui ayant fait faux bon, la jeune femme est contrainte de rester jusqu'à la fermeture, au grand dam de son petit ami, un policier blanc qui voulait passer du temps avec elle. Du coup, pour la première fois, Lydia devra se charger de préparer les enveloppes destinées aux bénéficiaires de l'aide sociale de la communauté, avec les cinquante mille dollars que son père lui a confiés. Surgit alors un individu masqué et survolté qui, à la pointe d'une arme, ordonne à la caissière de lui donner l'argent. Reconnaissant son assaillant, Lydia refuse d'obtempérer...

L’AVIS DE MEDIAFILM

Avec LE DEP, Sonia Bonspille-Boileau signe un premier long métrage de fiction assez solide, compte tenu du mini budget dont elle disposait. En adoptant la structure classique du film de genre, la cinéaste d'origine mohawk aborde avec originalité, sensibilité et fluidité des problématiques liées à la réalité autochtone (alcoolisme, violence conjugale, maltraitance, toxicomanie, chômage, dépendance, dépossession, etc.), habituellement réservées au champ du documentaire. Filmant de manière nerveuse - avec une propension à surdramatiser toutefois -, Bonspille-Boileau exploite efficacement son décor principal, duquel elle s'éloigne rarement, pour une poignée de scènes extérieures bien troussées et pour un bref flashback à l'ambiance vaporeuse. Face à l'intense et très juste Charles Buckell-Robertson, Ève Ringuette manque de présence et de conviction dans le rôle principal.

Texte : Louis-Paul Rioux

Revue de presse

Quart de nuit

Malgré sa relative courte durée, LE DEP paraît durer une éternité… (...) Tandis que le jeu d’ensemble est inégal et que l’actrice principale demeure glaciale, la lourde bande sonore tente vainement de créer la tension dans ce laborieux huis clos. Certes sincère, LE DEP se révèle inabouti.

Dep, Le Sonia Bonspille-Boileau

Plein de bonnes intentions...

(...) avoir plein de bonnes intentions ne suffit pas à faire un bon film. (...) Dans LE DEP,  la réalisatrice mohawk livre un portrait convenu mais réaliste du quotidien dans une communauté autochtone. Sauf que son récit manque de tension dramatique et de crédibilité dans le dernier droit

Dep, Le Sonia Bonspille-Boileau

A Tense Drama Set in a Small Aboriginal Community

That lack of movement could snuff out some films. But not LE DEP. Instead the claustrophobic atmosphere just adds to the tension here, upping the intensity big-time for this compelling drama. It helps that the two lead actors are so so good.

Dep, Le Sonia Bonspille-Boileau

Une Réserve la nuit

(...) Sonia Bonspille Boileau possède l’art de faire monter un suspense à partir d’éléments de la vie quotidienne. (...) on se laisse rapidement prendre à cette histoire qui surprend jusqu’à la fin. On aurait, par contre, souhaité un peu plus de «punch» dans certaines scènes et moins de longueurs.

Dep, Le Sonia Bonspille-Boileau

Règlements de comptes

[Le] scénario est truffé de pièges qui (...) auraient pu aboutir à un film (...) ennuyeux. Et pourtant, tout au long, on ressent la maîtrise et l’assurance de Sonia Bonspille Boileau. (...) le film accomplit l’exploit de rendre le seul emplacement du récit - un dépanneur de région - visuellement intéressant.

Dep, Le Sonia Bonspille-Boileau

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3