Aller au contenu principal
4

La Tête haute

Fr. 2015. Drame social de Emmanuelle Bercot avec Rod Paradot, Benoît Magimel, Catherine Deneuve. Un adolescent violent et en difficultés d'apprentissage tente de trouver sa place dans la société, avec l'aide d'un éducateur et d'une juge pour enfants. Oeuvre de réalisme social célébrant le dévouement des travailleurs du système judiciaire français. Quelques lourdeurs de style. Mise en scène vive et rythmée. Interprètes charismatiques. (sortie en salle: 10 juin 2016)

13 ans +
4

La Tête haute (La Tête haute)

13 ans + 13 ans +

Fr. 2015. Drame social de Emmanuelle Bercot avec Rod Paradot, Benoît Magimel, Catherine Deneuve.

Un adolescent violent et en difficultés d'apprentissage tente de trouver sa place dans la société, avec l'aide d'un éducateur et d'une juge pour enfants. Oeuvre de réalisme social célébrant le dévouement des travailleurs du système judiciaire français. Quelques lourdeurs de style. Mise en scène vive et rythmée. Interprètes charismatiques. (sortie en salle: 10 juin 2016)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Montage :
C'est à l'âge de 6 ans que le petit Malony Ferrando rencontre pour la première fois la juge pour enfants Florence Blaque. Avec l'accord de sa mère visiblement dépassée, le garçon violent est placé dans un foyer pour enfants en difficultés. Jusqu'à ses 16 ans, Malony est ballotté de centres en foyers, où ses problèmes ne font qu'empirer. La juge Blaque décide alors de lui faire passer six mois dans un centre éducatif renforcé et de lui assigner un nouvel éducateur, Yann Le Vigan, ancien délinquant. Sur place, Malony fait la connaissance de Tess, une jeune femme timide qui s'éprend rapidement de lui. Mais les obstacles auxquels l'adolescent se bute pour réintégrer le système scolaire ou trouver un emploi le découragent et le poussent à kidnapper son demi-frère Toni, lui aussi placé dans un foyer, afin qu'ils aillent passer Noël avec leur mère. Après un accident de voiture sans gravité, Malony passe un mois en prison, où Tess lui apprend qu'elle est enceinte.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Emmanuelle Bercot (ELLE S'EN VA) célèbre le dévouement des hommes et des femmes qui composent le système judiciaire français dans cette oeuvre de réalisme social qui, malgré ses intentions fort louables, laisse mi-figue, mi-raisin. À l'inverse de SUZANNE de Katell Quillévéré ou de MOMMY de Xavier Dolan, qui abordaient une thématique similaire, le récit manque un peu d'envergure. Rythmée et vivante, la mise en scène de Bercot s'alourdit ici et là d'effets de style maladroits. Les personnages sont cependant campés avec beaucoup de charisme et de spontanéité, en particulier ceux défendus par Catherine Deneuve, Benoît Magimel et Rod Paradot. Dans la peau du jeune délinquant, ce dernier, non-professionnel de 19 ans qui se destinait à une carrière de menuisier, est une véritable révélation. (texte rédigé en mai 2015, dans le cadre du Festival de Cannes)

Texte : Helen Faradji

Revue de presse

Un Film juste et intense

Emmanuelle Bercot ouvre la 68e édition du Festival de Cannes, avec LA TÊTE HAUTE, un film juste et intense. (...) Dans ce long métrage magistralement interprété, elle raconte le parcours douloureux d'un délinquant entre les foyers et la prison (...) et explore le monde judiciaire.

Tête haute, La Emmanuelle Bercot

Détermination, coeur et courage

Avec des accents du documentaire pour la véracité du ton et la force de la fiction pour la puissance du jeu de ses personnages, on a, nous aussi, le cœur qui bat pour ce film grave, dur, et plein d’espoir. Rod Paradot y incarne cet incroyable gamin paumé.

Tête haute, La Emmanuelle Bercot

Sans fioritures

Le personnage de Malony, porté avec brio par (...) Rod Paradot, imprègne le film de sa rage explosive, mais aussi de sa fragilité. (...) En donnant à LA TÊTE HAUTE une dimension sentimentale inattendue, Emmanuelle Bercot atténue la rudesse de son récit sans en amoindrir la portée dramatique.

Tête haute, La Emmanuelle Bercot

Rage dedans

(...) le film explore le réel sans tomber dans le documentaire ou le cinéma-­vérité déshydraté. Porté à bout de nerfs par l'impressionnant Rod Paradot, (...) ce très beau long-métrage ­permet à la réalisatrice [d']offrir [à Deneuve] un rôle en huis clos dont elle assume la complexité avec maestria.

Tête haute, La Emmanuelle Bercot

Un Coup dans la figure

Faire comprendre le présent en le frottant à la fiction. Emmanuelle Bercot s'y essaie depuis ses débuts, (...) mais elle n'avait pas encore réussi à trouver à ce point le bon tempo et la bonne distance. Son film est à la fois émouvant et sec, violent et amoureux, social et charnel.

Tête haute, La Emmanuelle Bercot

Le Tortueux retour vers le droit chemin d’un «Rémi sans famillle»

La maîtrise d’un genre - le mélodrame - et l’intensité que lui insufflent réalisatrice et acteurs, donnent à LA TÊTE HAUTE toutes les chances d’impressionner, d’émouvoir.
Tête haute, La Emmanuelle Bercot

Entre MOMMY de Dolan et POLISSE de Maïwenn

(...) le film est plus inspiré dans l'âpreté que dans l'optimisme: les parenthèses heureuses frôlent le feel good movie standard. (...) Le meilleur tient à la relation entretenue bon gré mal gré par l'adolescent avec «sa» juge. (...) Dans ce rôle, Catherine Deneuve (...) impressionne.

Tête haute, La Emmanuelle Bercot

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3