Goto main content
4

Alias Maria

Col. 2015. Drame de Jose Luis Rugeles avec Karen Torres, Carlos Clavijo, Erik Ruiz. Dans la jungle colombienne, une combattante des FARC âgée de 13 ans doit rejoindre avec trois autres soldats un petit village pour y déposer le bébé naissant de son chef. Récit ténu, illustrant sans complaisance le drame des enfants-soldats. Style documentaire. Caméra à l'épaule proche des protagonistes. Jeu mutique, quasi impénétrable, de K. Torres. (sortie en salle: 2 février 2018)

13 ans +
4

Alias Maria (Alias Maria)

13 ans + 13 ans +

Col. 2015. Drame de Jose Luis Rugeles avec Karen Torres, Carlos Clavijo, Erik Ruiz.

Dans la jungle colombienne, une combattante des FARC âgée de 13 ans doit rejoindre avec trois autres soldats un petit village pour y déposer le bébé naissant de son chef. Récit ténu, illustrant sans complaisance le drame des enfants-soldats. Style documentaire. Caméra à l'épaule proche des protagonistes. Jeu mutique, quasi impénétrable, de K. Torres. (sortie en salle: 2 février 2018)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Dans la jungle colombienne, Maria, combattante des FARC âgée de 13 ans, obéit aux ordres de ses chefs, par crainte des représailles davantage que par conviction politique. L'adolescente soumise n'en a pas moins caché sa grossesse à ses supérieurs afin de ne pas être forcée d'avorter. L'armée régulière ayant découvert leur campement, le commandant ordonne le départ. Maria se voit alors confier une mission: rejoindre un petit village et y déposer en sécurité le bébé naissant de son chef. La jeune fille est accompagnée dans son périple par son petit ami Mauricio, ainsi que par Byron et Yuldor, ce dernier ayant à peine dix ans. Repérés par les militaires, les quatre combattants parviennent à s'échapper puis à se réfugier dans la maison d'un couple de vieillards.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Durant plus de 50 ans, la Colombie fut déchirée par un conflit armé qui opposa la guérilla des FARC aux forces paramilitaires du gouvernement. Cette guerre meurtrière sert ici de toile de fond à l'intrigue, mais l'action pourrait se dérouler ailleurs. De fait, l'absence de mise en contexte et d'analyse politique indique bien que l'intérêt premier des auteurs n'est pas tant le conflit lui-même que le drame des enfants-soldats. Tourné caméra à l'épaule, dans un style proche du documentaire, le film brosse en peu de mots le portrait d'une adolescente embarquée bien malgré elle dans une guerre qui la dépasse (comme la REBELLE du film de Kim Nguyen). Ténue, l'intrigue se focalise sur la jeune fille et ne cède jamais au spectaculaire. Ce refus de l'esbroufe n'amoindrit en rien la portée d'ALIAS MARIA. Pour son deuxième long métrage, Jose Luis Rugeles (GARCIA, inédit au Québec) impressionne par sa maîtrise technique. Avec son regard vide d'espoir, la jeune Karen Torres traduit parfaitement le triste sort des enfants-soldats, même si son mutisme pourra la rendre impénétrable aux yeux de certains spectateurs.

Texte : Olivier Lefébure

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Arg. 2018. Drame de Benjamin Naishtat avec Dario Grandinetti, Andrea Frigerio, Alfredo Castro. Classement: En attente de classement.

Dans une Argentine politiquement instable, la vie quotidienne sans histoire d'un avocat, père de famille bourgeois, se met à vaciller après une altercation remarquée avec un client agressif dans un restaurant.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3