Goto main content
3

Sous la peau (Under the Skin)

G.-B. 2013. Science-fiction de Jonathan Glazer avec Scarlett Johansson, Jeremy McWilliams, Linsey Taylor Mackay. Une extraterrestre ayant l'apparence d'une femme très séduisante arpente les rues d'Édimbourg à la recherche d'hommes solitaires qu'elle fait monter à bord de sa voiture puis disparaître. Méditation inspirée et prenante sur le concept d'humanité. Récit minimaliste, quasi mutique. Climat anxiogène. Mise en scène ample et atmosphérique. Composition saisissante de S. Johansson. (sortie en salle: 9 mai 2014)

13 ans +
3

Sous la peau (Under the Skin)

13 ans + 13 ans +

G.-B. 2013. Science-fiction de Jonathan Glazer avec Scarlett Johansson, Jeremy McWilliams, Linsey Taylor Mackay.

Une extraterrestre ayant l'apparence d'une femme très séduisante arpente les rues d'Édimbourg à la recherche d'hommes solitaires qu'elle fait monter à bord de sa voiture puis disparaître. Méditation inspirée et prenante sur le concept d'humanité. Récit minimaliste, quasi mutique. Climat anxiogène. Mise en scène ample et atmosphérique. Composition saisissante de S. Johansson. (sortie en salle: 9 mai 2014)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Le corps d'une femme est repêché par un motard sur une plage d'Écosse, à proximité d'Édimbourg, puis transporté dans une antichambre où une extraterrestre recouverte d'une peau humaine synthétique la détrousse de ses vêtements et de son identité. À bord d'un véhicule, cette dernière parcourt les rues de la ville et accoste les piétons de sexe masculin avec qui, sous prétexte de demander son chemin, elle entame la conversation. Faisant monter à bord les plus solitaires d'entre eux, la femme use ensuite de ses pouvoirs de séduction pour les conduire jusque dans un lieu mystérieux et les faire disparaître. Un soir qu'elle se prépare à refermer son piège sur un baigneur courageux, la prédatrice est témoin d'un incident qui fait naître en elle un doute. Celui-ci marque la première étape dans un processus d'humanisation inattendue.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Cette méditation sur ce qui caractérise la race humaine passe de l'ombre à la lumière au fil d'un récit minimaliste, quasi mutique, anxiogène et parfois terriblement cruel, stimulé par la composition fascinante de Scarlett Johansson. L'actrice relève avec nuance et sans esbroufe ce défi qui consiste à être à la fois absente et présente, à des degrés variables d'une scène à l'autre. Pareillement, la mise en scène ample et atmosphérique du rare Jonathan Glazer (SEXY BEAST, BIRTH) calibre le climat chaud-froid au degré près, et entraîne dans son mystère les passagers ouverts à cette expérience hors du commun. Et pour cause: cet objet hybride et singulier porte l'écho des cinémas de David Lynch (on pense à MULHOLLAND DRIVE) et de Stanley Kubrick (bonjour EYES WIDE SHUT), transposé dans le décor naturaliste du RED ROAD d'Andrea Arnold. Sans pâlir de la comparaison, ce qui en soi tient de l'exploit.

Texte : Martin Bilodeau

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2019. Drame de Alain Raoust avec Salomé Richard, Yoann Zimmer, Estelle Meyer. Classement: Général.

Une ébéniste décroche un emploi d'été à la déchetterie du village de province où elle avait séjourné dix ans plus tôt. Sous un soleil de plomb, sa quiétude est troublée par l'irruption d'une participante de téléréalité égarée et du frère de son ancien amoureux.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3