Goto main content
3

Snowpiercer - Le Transperce-neige (Snowpiercer)

Cor.S. 2013. Science-fiction de Bong Joon-ho avec Chris Evans, Song Kang-ho, Tilda Swinton. Durant une nouvelle ère glaciaire, les survivants de l'humanité s'affrontent à bord d'un super-train, où un leader charismatique mène la révolte des opprimés contre le pouvoir. Adaptation imaginative d'une bd française. Allégorie provocante sur la lutte des classes. Huis clos spectaculaire alliant humour noir et violence exacerbée. Interprétation dans la note. (sortie en salle: 18 juillet 2014)

13 ans + (violence)
3

Snowpiercer - Le Transperce-neige (Snowpiercer)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)

Cor.S. 2013. Science-fiction de Bong Joon-ho avec Chris Evans, Song Kang-ho, Tilda Swinton.

Durant une nouvelle ère glaciaire, les survivants de l'humanité s'affrontent à bord d'un super-train, où un leader charismatique mène la révolte des opprimés contre le pouvoir. Adaptation imaginative d'une bd française. Allégorie provocante sur la lutte des classes. Huis clos spectaculaire alliant humour noir et violence exacerbée. Interprétation dans la note. (sortie en salle: 18 juillet 2014)

2031. Dix-sept ans après l'échec d'un plan visant à freiner le réchauffement climatique, la Terre est sous l'assaut d'une nouvelle ère glaciaire. Les rares survivants du désastre ont trouvé refuge à bord du Snowpiercer - un super-train dont le mouvement perpétuel maintient l'énergie et l'eau nécessaires à la survie de ses passagers. À l'intérieur de ce brise-glace sur rails, conçu et piloté par le mystérieux Wilford, la société des hommes s'est rapidement reconstituée; la première classe profite de ses privilèges, pendant que la seconde veille au maintien de l'ordre, et que la troisième vit dans des conditions abjectes. Mais la révolte gronde, et s'incarne en la personne du jeune Curtis, un leader charismatique, qui mène les rebelles d'un wagon à l'autre, au fil d'une guerre de tranchées, visant à prendre le contrôle de la Machine et à détrôner le tout-puissant Wilford.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Premier film anglophone du Sud-Coréen Bong Joon-Ho (THE HOST, MOTHER), cette super-production à rabais (budget: 40 millions de dollars) prolonge les obsessions du cinéaste dans une oeuvre à la croisée du film d'auteur et du blockbuster. Suspense allégorique sur la lutte des classes, cette adaptation imaginative d'une bd française allie le spectaculaire au politique dans une oeuvre à l'humour très noir et à la violence exacerbée. Menée à un train d'enfer dans une Arche de Noé futuriste, à mi-chemin entre le Titanic de James Cameron et un Orient-Express relooké par Jeunet et Caro, cette fable tout-terrain (à la fois sociale, politique et écologique) déploie son allégorie de wagon en wagon, comme on conquiert les niveaux d'un jeu vidéo. Malgré quelques longueurs, une fin en suspens et des images de synthèse qui laissent parfois à désirer, cet étonnant film d'action épique en huis clos, défendu par des interprètes solides, est à la fois un divertissement enlevant et une réflexion provocante sur l'avenir d'une société prisonnière des rails sur lesquels elle s'est lancée.

Texte : Georges Privet

COMMENTAIRES

14 septembre 2018, 19:57:01

Par : Jason Plante, Gatineau

AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD... Maintes fois usés dans des fictions quelconques, la bourgeoisie mène ici sur la 'classe ouvrière' de façon opressante. Comme dans le Métropolis de Fritz Lang, on est modernement ici esclave de ces pollueurs richissimes, bref, à la merci, encore une fois. Je lui donnerais un (3)-. Un 3 moins parce que le language est usé, bien que l'on soit entourré de biens pensants à notre avenir... Certes, étant donné que le phénomène n'est pas nouveau et subtilement ouvert ici (il n'est jamais trop tard pour les faire réagir), et que les acteurs (la plupart inconnu du public commercial) nous font oublier la pesanteur d'un scénario au sujet sempiternel de l'esclavagisme bourgeois... Ça veut dire qu'à cause des acteurs, c'est un (3) bien assumé, moi qui aime aussi ces petits films loins des festivaux, Cannes et Oscars également...

J'attribue à ce film la Cote 3


26 mars 2018, 22:47:24

Par : Mathieu Desharnais, Trois-Rivières

Un film de science-fiction qui ne tombe pas dans le piège de l'aseptisation. C'est grisant, violent et allégorique. Bref, un film spectaculaire pertinent.

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Hongr. 2018. Film d'animation de Milorad Krstic. Classement: 13 ans +.

Venue soigner sa kleptomanie auprès d'un éminent psychothérapeute, une voleuse d'oeuvres d'art vient plutôt en aide à ce dernier, en réunissant les treize chefs-d'oeuvre de la peinture qui hantent ses cauchemars, exposés dans les plus célèbres musées de la planète.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3