Aller au contenu principal
4

J. Edgar

É.-U. 2011. Drame biographique de Clint Eastwood avec Leonardo DiCaprio, Armie Hammer, Naomi Watts. La vie et la carrière de l'ancien directeur général du FBI J. Edgar Hoover, qui fut de 1924 à 1972 ans le visage de la loi et l'ordre aux États-Unis. Fascinant portrait. Récit elliptique audacieux. Personnages secondaires sous-développés. Réalisation classique, feutrée. Composition raffinée de L. DiCaprio. (sortie en salle: 11 novembre 2011)

Général
4

J. Edgar (J. Edgar)

Général Général

É.-U. 2011. Drame biographique de Clint Eastwood avec Leonardo DiCaprio, Armie Hammer, Naomi Watts.

La vie et la carrière de l'ancien directeur général du FBI J. Edgar Hoover, qui fut de 1924 à 1972 ans le visage de la loi et l'ordre aux États-Unis. Fascinant portrait. Récit elliptique audacieux. Personnages secondaires sous-développés. Réalisation classique, feutrée. Composition raffinée de L. DiCaprio. (sortie en salle: 11 novembre 2011)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
J. Edgar Hoover a vécu une vie frappée du sceau du secret, partagée entre une mère oppressante, auprès de qui il a vécu jusqu'à ce qu'elle décède, et Clyde Tolson, directeur associé du FBI avec qui il aurait entretenu une liaison durant quatre décennies. À la tête du Bureau durant 48 ans, soit jusqu'à sa mort en 1972, ce redoutable ennemi des bolchéviques a libéré les métropoles de l'emprise des gangsters, traqué sans relâche les sympathisants communistes, milité en faveur du développement des expertises dans la collecte de preuves, en particulier les empreintes digitales, et obtenu un accroissement des pouvoirs du FBI vis-à-vis de l'appareil politique américain, souvent sous la menace. En effet, Hoover a consigné dans des classeurs les secrets inavouables de personnalités du monde politique et médiatique, exerçant par ce moyen un ascendant sur plusieurs présidents, dont John F. Kennedy et Richard Nixon.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Ce fascinant portrait intime de J. Edgar Hoover par le scénariste Dustin Lance Black (MILK) et le cinéaste Clint Eastwood (UNFORGIVEN, MILLION DOLLAR BABY) brosse au passage le portrait d'un pays marqué par son obsession pour la morale, le crime et le renseignement. Le récit elliptique audacieux, qui va et vient dans le temps, est domestiqué par une mise en scène classique et feutrée, comme si Eastwood avait voulu imprimer dans la forme de son film le duel intérieur constant, entre nature et fonction, de Hoover. Sept ans après sa très crédible incarnation de Howard Hugues dans THE AVIATOR, Leonardo DiCaprio impressionne dans une composition raffinée qui, jusque dans la posture et l'élocution, traduit la complexité, les contradictions, les forces et les faiblesses de celui qui fut un des hommes les plus craints des États-Unis. Les personnages secondaires ne bénéficient pas tous de la même attention toutefois, bien qu'ils soient campés avec élégance par des acteurs de premier plan, dont Naomi Watts, très juste dans le rôle de la secrétaire effacée de Hoover, et Judi Dench, crédible dans le rôle un peu archétypé de la mère dominante.

Texte : Martin Bilodeau

Revue de presse

Admirable and Frustrating

Clint Eastwood's latest film, a portrait of the controversial (...) J Edgar Hoover, is both admirable and frustrating, a murky muddle of selective historical moments which comes alive when its compelling human story of sexual repression and dedicated love is at the forefront.

J. Edgar Clint Eastwood

Leonardo DiCaprio remarquable

Eastwood maîtrise parfaitement l'art de la caméra, ses cadrages sont impeccables. (...) L’équipe du maquillage a réalisé des prouesses en vieillissant tous les protago- nistes de manière si impressionnantes que Clint Eastwood peut aisément se permettre de filmer en gros plan.

J. Edgar Clint Eastwood

Portrait of a Power-Hungry Man

Apart from the makeup (...), the film’s big problem is continuity, or lack of same. Rather than follow a chronological line, Eastwood flashes back and forward throughout. It is dizzying, (...) confusing. (...) the film’s best performance comes from Armie Hammer.

J. Edgar Clint Eastwood

Hoover, aspirateur de secrets

J. EDGAR est un film courageux. Imparfait, mais courageux. (...) Dans sa posture, son élocution, sa démarche, DiCaprio montre qu'il a compris la complexité de Hoover, qu'il sublime dans une composition raffinée, qui laisse paraître à la fois la fragilité et la force de l'homme.

J. Edgar Clint Eastwood

On espérait mieux

La matière est très riche. Clint Eastwood en tire un film intéressant. Mais on attendait davantage qu’un drame biographique bien appliqué et exsangue, duquel n’émane guère d’émotion. (...) Leonardo DiCaprio (...) n’est pas mauvais, mais il n’investit pas le personnage de l’intérieur.

J. Edgar Clint Eastwood

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3