Go to main content
5

Pour toujours les Canadiens

2009. Comédie dramatique de Sylvain Archambault avec Dhanaé Audet-Beaulieu, Antoine L'Écuyer, Céline Bonnier. Démotivé, un joueur étoile de hockey collégial reprend son souffle au contact d'un enfant malade passionné par les Canadiens de Montréal. Intrigue assez convenue témoignant de l'attachement des Québécois à la légendaire équipe. Bonne intégration d'éléments documentaires en toile de fond. Réalisation alerte mais de facture télévisuelle. Distribution de qualité. (sortie en salle: 4 décembre 2009) (Sortie DVD: 4 décembre 2009)

Général
5

Pour toujours les Canadiens (Pour toujours les Canadiens)

Général Général

2009. Comédie dramatique de Sylvain Archambault avec Dhanaé Audet-Beaulieu, Antoine L'Écuyer, Céline Bonnier.

Démotivé, un joueur étoile de hockey collégial reprend son souffle au contact d'un enfant malade passionné par les Canadiens de Montréal. Intrigue assez convenue témoignant de l'attachement des Québécois à la légendaire équipe. Bonne intégration d'éléments documentaires en toile de fond. Réalisation alerte mais de facture télévisuelle. Distribution de qualité. (sortie en salle: 4 décembre 2009)

Négligé par son père, qui travaille à un documentaire retraçant les cent ans du Canadien de Montréal, William, joueur étoile de hockey collégial, subit en outre le harcèlement de son entraîneur et de certains coéquipiers. Au hasard d'une visite à l'hôpital Sainte-Justine, où sa mère infirmière travaille, le jeune homme dont le moral et la motivation sont au plus bas fait la connaissance de Daniel, dix ans, transféré de Val-d'Or pour soigner une insuffisance rénale. Leur passion du Tricolore les unit instantanément et William tente, par tous les moyens, de lui redonner espoir face à la maladie. À la suite de la visite de ses hockeyeurs favoris à l'hôpital, Daniel, miné par l'attente peu probable d'une greffe de rein, n'a plus qu'un souhait: assister à un match de ses héros au Centre Bell.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Exception faite du MAURICE RICHARD de Charles Binamé, le cinéma québécois a très peu célébré le Club de hockey Canadien. Si bien que ce dernier a profité de son centenaire pour commander ce "Lance et conte pour tous" assez convenu, où l'épopée des "Glorieux" reste en toile de fond, avec renfort occasionnel d'images d'archives plutôt bien intégrées au reste. Si le film parvient à illustrer l'engouement d'une bonne partie de la population québécoise pour la mythique équipe, la réalisation platement télévisuelle de Sylvain Archambault ("Les Lavigueur, la vraie histoire"), sa première pour le cinéma, éteint la flamme. Cela dit, le fan qui a le CH tatoué sur le coeur saura sans doute apprécier les scènes d'action sur la patinoire, jumelées parfois à des extraits de matchs réels, ainsi que les apparitions à l'écran du légendaire Jean Béliveau et de plusieurs joueurs de la formation 2008-2009 du Canadien venus échanger la rondelle avec les acteurs professionnels, tous bien dirigés.

Texte : Jean Beaulieu

Revue de presse

La Déception d'une passionnée

Le montage (des) trois trames narratives est très faible. (...) La mise en scène trop télévisuelle nous fait rapidement décrocher. Les maquillages paraissent grossiers au grand écran et l'on rit presque (...) des yeux de raton laveur du petit malade. Ce n'est pas parce qu'il y a plusieurs plans dans une séquence que l'action en devient dynamique.

Pour toujours les Canadiens Sylvain Archambault

Digne d'un troisième trio

Sans doute parce qu'on parle (...) du Canadien, de son histoire, de son centenaire (...), on s'attendait à un scénario digne d'une grande finale de coupe Stanley. Le film (...) ne soulève pas une telle passion. Sa qualité première est qu'il amènera des familles au cinéma et que les enfants et les parents pourront partager leur amour du hockey et du CH. (...) mission accomplie.

Pour toujours les Canadiens Sylvain Archambault

Bouillie frappée sur glace

On ne mettra pas l'échec du film sur le dos du jeune Antoine L'Écuyer, juste et prenant (...). Céline Bonnier, en infirmière dévouée (...), tire son éplingle du jeu. C'est l'histoire entortillée qui pose problème, avec de nombreux trous scénaristiques. La plupart des personnages, mal dessinés, se voient desservis par des revirements trop rapides.

Pour toujours les Canadiens Sylvain Archambault

Ode à la sainte Flanelle

POUR TOUJOURS... LES CANADIENS est un film dépourvu d'âme et de personnalité, politiquement correct jusqu'au bout de la palette, fait de toute évidence pour plaire au plus grand nombre. Dans les circonstances, les personnages se débrouillent plutôt bien avec le peu qu'ils ont à défendre.

Pour toujours les Canadiens Sylvain Archambault

Dur dans les coins...

Le récit fictionnel accumule (...) les clichés les plus éculés, tout en inventant une réalité qui, dans le contexte actuel, relève d’une suprême ironie (presque tous les joueurs vus à l’écran sont partis). Mélangez le tout et vous obtenez un produit bancal, lequel aura du mal à rassasier les sportifs de salon qu’espère attirer dans sa cage le «pusher» d’ailes de poulets qui commandite cette opération corporatiste.

Pour toujours les Canadiens Sylvain Archambault

Predictable Fairy Tale

The plot is admittedly predictable, with Audet-Beaulieu and L'Écuyer helping each other overcome their obstacles. But if you wade through the cheese and look at the film as a fairy tale, it's an enjoyable and tender tribute.

Pour toujours les Canadiens Sylvain Archambault

Bleu, blanc, rouge

Certes, on vibre à voir sur grand écran nos Glorieux, toutes générations confondues (...). Là où le bât blesse, c'est lorsqu'on quitte, trop tôt et trop souvent, le documentaire pour plonger dans la fiction. (...) Cousue de fil blanc (...), l'histoire reliant un jeune hockeyeur (...), un gamin en attente d'un rein (...) et le chauffeur de zamboni du Centre Bell (...) prend ainsi les allures d'une info-pub pour l'hôpital Sainte-Justine, qui célèbre également ses 100 ans, et le club de la Sainte-Flanelle.

Pour toujours les Canadiens Sylvain Archambault

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2011. Drame psychologique de Céline Sciamma avec Zoé Héran, Malonn Lévana, Jeanne Disson. Classement: Général.

Emménageant avec sa famille dans une ville en banlieue de Paris, une fille de dix ans aux allures androgynes se fait passer pour un garçon auprès des enfants du coin. Accidentellement mise au courant, sa petite soeur la couvre, à condition d'intégrer sa bande de nouveaux amis.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3