Goto main content
4

C'est pas moi, je le jure!

Can. 2008. Comédie dramatique de Philippe Falardeau avec Antoine L'Écuyer, Daniel Brière, Suzanne Clément. À la fin des années 1960, un garçon de dix ans se met à faire les quatre cent coups après que sa mère eut déserté le foyer familial. Méditation tragi-comique sur le thème de la famille éclatée. Scénario manquant parfois de cohésion. Réalisation ferme et sobrement inventive. Usage intelligent de la musique de Patrick Watson. A. L'Écuyer d'un naturel sidérant. (sortie en salle: 26 September 2008)

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
4

C'est pas moi, je le jure! (C'est pas moi, je le jure!)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

Can. 2008. Comédie dramatique de Philippe Falardeau avec Antoine L'Écuyer, Daniel Brière, Suzanne Clément.

À la fin des années 1960, un garçon de dix ans se met à faire les quatre cent coups après que sa mère eut déserté le foyer familial. Méditation tragi-comique sur le thème de la famille éclatée. Scénario manquant parfois de cohésion. Réalisation ferme et sobrement inventive. Usage intelligent de la musique de Patrick Watson. A. L'Écuyer d'un naturel sidérant. (sortie en salle: 26 September 2008)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Philippe Falardeau
D'après l'oeuvre de Bruno Hébert
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Récompenses
L'année 1968 marque un tournant dans la vie du petit Léon Doré, dix ans. Sa fausse tentative de suicide, par pendaison, passe à un doigt de réussir. Peu après, sa mère neurasthénique, qui étouffe auprès de son mari, part s'établir en Grèce, laissant leurs deux fils à ses soins. Tandis que son frère aîné cultive sa rancoeur, Léon pille et met sens dessus dessous la maison des voisins partis en vacances, feint un handicap visuel pour justifier ses mauvaises notes en classe, manigance, manipule, tourne son père et tous les autres en bourrique. À l'exception de Léa, la jeune voisine qui voit clair dans son jeu et qui, ayant elle-même des comptes à régler avec le destin, va aider Léon à voler de l'argent afin qu'il puisse s'acheter un billet d'avion pour la Grèce.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Ce troisième long métrage de Philippe Falardeau (après LA MOITIÉ GAUCHE DU FRIGO et CONGORAMA) tire sa sève, non pas d'un seul mais de deux romans autobiographiques de Bruno Hébert. Ce qui pourrait expliquer que le film, dont le foyer dramatique apparaît d'entrée de jeu bien défini, avance ensuite en zig-zags, suivant un arc plus ou moins bien défini, avec plusieurs options de dénouement en cours de route. C'est là le principal bémol à apporter à cette méditation émouvante et drôle sur le thème de la famille éclatée. Celle-ci se distingue par la qualité de sa mise en scène, jamais poseuse, toujours ferme et inventive, et la belle sobriété de sa direction artistique, qui évite le piège de la nostalgie. À cet égard, la partition de l'auteur-compositeur Patrick Watson chevauche les époques et apporte une couleur mélancolique parfaitement adaptée aux états d'âme de Léon, campé avec un naturel sidérant par le petit Antoine L'Écuyer. Falardeau, excellent directeur d'acteurs, donne par ailleurs à Daniel Brière, un comédien souvent effacé, un rôle de premier plan qui nous le révèle sous un nouveau jour. Il mérite, pour cela, toute notre reconnaissance.

Texte : Martin Bilodeau

COMMENTAIRES

27 February 2019, 20:10:11

Par : Jason Plante, Gatineau

Dans la foulée des cinéastes qu'Hollywood nous 'vole' (bien fait pour eux!!!), il y a Philippe Falardeau (Chuck, The Good Lie) qui cartonne le box-office américain (comme quoi, on a au Québec du cinéma de Qualité). Bien que moins profond que son Monsieur Lazharre, le film est dans son ensemble comique, drole, racontant l'histoire de Denis La Petite Peste made in Quebec. Le seul hic, meme si l'on pointe une famille éclatée, le petit Denis a ici des tours, sortant de son sac, qui ne sont pas très étique (sa tentative de suicide, au début, puis le fait qu'il a foutu le feu dans la chambre de ses parents avant qu'ils ne se séparent). Mais, le reste de l'ensemble demeure vivant, au meme niveau de Lazharre, faisant un autre film autour des enfants-vedette, ici par un L'Écuyer qui ne tient pas sa langue dans sa poche... A voir dans vos choix dans votre sélection 'un certain regard'

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Roum. 2019. Comédie policière de Corneliu Porumboiu avec Vlad Ivanov, Catrinel Marlon, Rodica Lazar. Classement: 13 ans +.

Un inspecteur roumain corrompu se rend aux îles Canaries pour apprendre la langue des siffleurs. Celle-ci lui permettra de déjouer ses collègues policiers lors de l'évasion à Bucarest d'un petit gangster, qui a volé un magot au commanditaire de l'opération.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3