Go to main content
4

Borderline

Qué. 2008. Drame de moeurs de Lyne Charlebois avec Isabelle Blais, Angèle Coutu, Jean-Hugues Anglade. Une étudiante en littérature qui peine à s'affranchir de son lourd passé entretient une liaison sans avenir avec un professeur marié. Ambitieuse adaptation de deux romans de Marie-Sissi Labrèche. Scénario habile multipliant les ellipses et les flashbacks. Quelques longueurs. Mise en scène efficace mais un brin ostentatoire. Bons interprètes. Puissante et émouvante A. Coutu. (sortie en salle: 8 février 2008)

16 ans + (érotisme)
4

Borderline (Borderline)

16 ans + (érotisme) 16 ans + (érotisme)

Qué. 2008. Drame de moeurs de Lyne Charlebois avec Isabelle Blais, Angèle Coutu, Jean-Hugues Anglade.

Une étudiante en littérature qui peine à s'affranchir de son lourd passé entretient une liaison sans avenir avec un professeur marié. Ambitieuse adaptation de deux romans de Marie-Sissi Labrèche. Scénario habile multipliant les ellipses et les flashbacks. Quelques longueurs. Mise en scène efficace mais un brin ostentatoire. Bons interprètes. Puissante et émouvante A. Coutu. (sortie en salle: 8 février 2008)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
TVA-Films
Producteurs :
Récompenses
Entre son mémoire de maîtrise dont elle peine à terminer l'écriture et son directeur de recherche dont elle est la maîtresse, Kiki se sent la proie permanente de tous les fantômes de son lourd passé: sa mère, internée dans un hôpital psychiatrique, sa grand-mère, qui l'a élevée et semble sur le point de tirer sa révérence, son père qu'elle n'a pas connu; enfin tous les amants et amantes qui ont séjourné dans son lit. Tandis que Kiki cherche à l'aveugle un moyen de tirer un trait sur son passé, elle se laisse surprendre par les attentions d'un jeune boulanger qui ne semble pas trop effrayé par le «danger intime» qu'elle représente pour elle-même et pour les autres.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Pour ses débuts au grand écran, la Québécoise Lyne Charlebois signe une ambitieuse adaptation de deux romans de Marie-Sissi Labrèche. Le scénario habile, écrit en collaboration avec l'auteure dans une évidente démarche d'auto-fiction en duo, manipule avec adresse les ellipses et les flashbacks, créant chemin faisant d'étonnants effets de miroir et de correspondances. Issue de l'école du vidéoclip et de la publicité, Lyne Charlebois signe une mise en scène qui, bien qu'efficace et en phase avec la folie du personnage, se révèle ici et là ostentatoire et appuyée. Qu'à cela ne tienne, on sent planer sur BORDERLINE l'influence bénéfique de Robert Lepage (notamment dans les plans où le passé et le présent se télescopent) et de Léa Pool (dans la symbolique et le thème central de l'affranchissement). En outre, Charlebois se révèle être une excellente directrice d'acteurs. Isabelle Blais, qui trouve ici son plus beau rôle à ce jour, se donne sans compter, mais c'est Angèle Coutu, en grand-mère courage, qui nous rentre dans le plexus.

Texte : Martin Bilodeau

Revue de presse

Amour et confusions

Isabelle Blais campe un personnage audacieux, qui se met à nu dans tous les sens du terme. Elle sait en rendre toute la fragilité et la vulnérabilité, mais aussi la force. (...) BORDERLINE est un film bien mené, habité d’un désespoir nécessaire pour faire passer son message.

Borderline Lyne Charlebois

Des femmes puissamment incarnées

On salue ici le travail d'adaptation des deux romans (...) dans un scénario qui glisse habilement d'une époque à l'autre. (...) BORDERLINE est un bon film, à la mise en scène parfois trop encombrante, sans unité transcendante, que trois grands rôles féminins, un regard cru sur une destinée troublante et d'habiles enchevêtrements temporels poussent vers le haut.

Borderline Lyne Charlebois

Le Fil du rasoir

Pour son premier long métrage, (...) Lyne Charlebois frappe fort. Elle ausculte à fleur de peau le fil ténu de la normalité. (...) Mais même si l’image est belle, le propos percutant et le jeu d’Isabelle Blais convaincant (...), il persiste (...) un goût d’inachevé. Comme si la dureté du sujet avait fait naître le besoin de s’en protéger.

Borderline Lyne Charlebois

Le Diable au corps

(...) cet univers aurait pu se traduire en un film misérabiliste, complaisant et prétexte à exploiter le corps sublime d'Isabelle Blais dans une suite de scènes torrides. Or, (...), BORDERLINE s'avère une saisissante peinture d'un milieu pauvre ponctuée de scènes à caractère sexuel prenant l'allure d'envoûtants rituels.

Borderline Lyne Charlebois

Folle Audace

(...) même si la musique, omniprésente, accompagne Kiki comme une alliée de dernier recours, jamais elle ne paraît superflue tant elle est intégrée au fil du récit. Mais le plus admirable demeure le respect avec lequel la cinéaste filme les corps, ne cherchant pas à les cacher derrière des artifices.

Borderline Lyne Charlebois

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3