Go to main content
4

Le Ring

Qué. 2007. Drame social de Anaïs Barbeau-Lavalette avec Maxime Desjardins-Tremblay, Maxime Dumontier, Julianne Côté. Dans un quartier pauvre de Montréal, le quotidien d'un garçon de onze ans dont la mère héroïnomane a quitté la maison. Rigoureuse illustration de la misère à travers le regard d'un jeune rêveur. Scénario fort bien documenté manquant ici et là de ressorts dramatiques. Traitement naturaliste, en prise sur le réel. M. Desjardins-Tremblay criant de vérité. (sortie en salle: 26 octobre 2007)

13 ans +
4

Le Ring (Le Ring)

13 ans + 13 ans +

Qué. 2007. Drame social de Anaïs Barbeau-Lavalette avec Maxime Desjardins-Tremblay, Maxime Dumontier, Julianne Côté.

Dans un quartier pauvre de Montréal, le quotidien d'un garçon de onze ans dont la mère héroïnomane a quitté la maison. Rigoureuse illustration de la misère à travers le regard d'un jeune rêveur. Scénario fort bien documenté manquant ici et là de ressorts dramatiques. Traitement naturaliste, en prise sur le réel. M. Desjardins-Tremblay criant de vérité. (sortie en salle: 26 octobre 2007)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Christal Films
Producteurs :
Récompenses
Déjà en équilibre précaire, le monde du petit Jessy bascule lorsque sa mère héroïnomane quitte la maison. Son père ouvrier tente maladroitement de souder sa famille, mais ses aînés Sam et Kelly, tentés par la drogue et la prostitution, ont déjà commencé à dévier du droit chemin. Jessy pense avoir trouvé le sien: il sera lutteur. L'enfant, qui a pris l'habitude d'assister aux spectacles de lutteurs costumés, rêve désormais d'échapper à son monde en pénétrant celui de ses héros. Mais ceux-ci ne sont pas aussi grands qu'il le croit, comme le lui apprendra sans le vouloir un vagabond qui, avec son chien que Jessy a pris en affection, traîne dans le parc où le gamin fait régulièrement l'école buissonnière.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Ce premier long métrage de la Québécoise Anaïs Barbeau-Lavalette met en images une misère économique et psychologique qu'elle connaît bien pour l'avoir côtoyée à titre de travailleuse sociale, soit celle du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Projet de fin d'études à l'origine (pour l'Institut national de l'image et du son, producteur du film), cette oeuvre naturaliste en prise sur le réel est rigoureusement et vigoureusement portée par le regard de son jeune héros, campé par un Maxime Desjardins-Tremblay stupéfiant de vérité, qui rappelle le petit Benoît de MON ONCLE ANTOINE. À travers lui, la cinéaste illustre les impasses de ce monde de pauvreté empirique qui est en train de le former à son image, et auquel l'enfant résiste avec toute la force d'un rêve fragile. La générosité du portrait (jamais fataliste), ainsi que la belle qualité documentaire de la mise en scène, donnent du poids à un scénario qui toutefois manque par moments de ressorts dramatiques.

Texte : Martin Bilodeau

Revue de presse

Le Match de la vie

Si le récit est porté à bout de bras par le jeune Desjardins-Tremblay (...), il reste que les personnages périphériques (...) sont aussi bien dessinés. Et bien joués. (...) À l'arrivée, le conte urbain que nous offre Anaïs Barbeau-Lavalette épouse la forme d'un hymne à un quartier dans lequel s'agitent des battants sur qui la vie cogne parfois très dur, trop dur.

Ring, Le Anaïs Barbeau-Lavalette

La Vie est un combat

Outre sa façon intelligente, dénuée de pathos, de raconter cette histoire de survie, LE RING doit beaucoup à la performance remarquable de justesse du jeune Maxime Desjardins-Tremblay. (...) Il est le cœur et l’âme du film. Anaïs Barbeau-Lavalette offre un portrait brut de la misère matérielle et affective, en prise directe avec une réalité.

Ring, Le Anaïs Barbeau-Lavalette

Sous haute tension

Ce premier long métrage possède ses faiblesses. Le scénario paraît assez linéaire, sans véritable montée dramatique (...). Certains personnages secondaires sont vite esquissés. (...) Mais la force, la justesse du ton, l'admirable interprétation de Maxime Desjardins-Tremblay font du RING une oeuvre sous haute tension, qui révèle un vrai regard de cinéaste à suivre.

Ring, Le Anaïs Barbeau-Lavalette

Le Battant

Un des défis dans la réalisation d'un film comme LE RING, c'est de montrer la misère sans sombrer dans le misérabilisme. Un défi admirablement relevé par Barbeau-Lavalette, qui parvient à montrer le malheur franchement sans pour autant devenir alarmiste.

Ring, Le Anaïs Barbeau-Lavalette

Misère!

On suit (...) cette tranche de vie sous un Hochelaga gris-automne, la caméra, à hauteur d’enfant, souvent trop remuante (...). Heureusement, le charisme de Maxime Desjardins- Tremblay parvient à retenir notre attention déclinante. (...) il éclaire par son jeu sobre et très mature la noirceur d’une fiction qui aurait  dû rester documentaire.

Ring, Le Anaïs Barbeau-Lavalette

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3