Go to main content
6

Noël noir (Black Christmas)

Can. 2006. Drame d'horreur de Glen Morgan avec Katie Cassidy, Mary Elizabeth Winstead, Lacey Chabert. La veille de Noël, dans une maison victorienne transformée en résidence universitaire, des étudiantes tombent une à une sous l'assaut d'un tueur psychopathe. Remake inutile et sot d'un film de 1974. Scénario routinier enchaînant avec complaisance des meurtres sanglants. Réalisation énergique aux effets horrifiques inopérants. Interprétation médiocre. (sortie en salle: 22 décembre 2006)

13 ans + (violence, horreur)
6

Noël noir (Black Christmas)

13 ans + (violence, horreur) 13 ans + (violence, horreur)

Can. 2006. Drame d'horreur de Glen Morgan avec Katie Cassidy, Mary Elizabeth Winstead, Lacey Chabert.

La veille de Noël, dans une maison victorienne transformée en résidence universitaire, des étudiantes tombent une à une sous l'assaut d'un tueur psychopathe. Remake inutile et sot d'un film de 1974. Scénario routinier enchaînant avec complaisance des meurtres sanglants. Réalisation énergique aux effets horrifiques inopérants. Interprétation médiocre. (sortie en salle: 22 décembre 2006)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
TVA-Films
Billy, un tueur psychopathe, s'évade d'une institution à sécurité maximum afin de regagner la maison de son enfance, où il a assassiné sa mère et son beau-père, qui lui préféraient sa jeune soeur. Depuis son internement, la grande maison victorienne a été vendue à l'université voisine, et sert de résidence aux sororités qui s'y succèdent. En ce 24 décembre, les étudiantes et leur surveillante s'apprêtent à réveillonner ensemble lorsqu'elles remarquent la disparition d'une des leurs. Celle-ci a en fait été sauvagement assassinée dans sa chambre, mais ses consoeurs l'ignorent encore. Une seconde succombe à l'assaut du tueur, et bientôt, le carnage à l'intérieur est trop avancé, et la tempête au dehors, trop puissante pour que les jeunes femmes parviennent à échapper à leur bourreau.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Difficile d'imaginer film plus inutile que BLACK CHRISTMAS. Ce remake d'un thriller de 1974 signé Bob Clark (PORKY'S) - considéré comme un des principaux modèles du genre «slasher», à tort ou à raison - ne semble motivé par aucune autre raison que l'opportunisme économique. Le scénario, d'une sottise abyssale, décline sans imagination ni humour, de la cave au grenier, une série de meurtres sauvages plus risibles les uns que les autres. La mise en scène de Glen Morgan ne manque pas d'énergie et soutient ici et là quelques tensions, mais l'ensemble demeure incohérent et la progression dramatique est inopérante. L'éventail d'émotions eut certainement été plus large si les auteurs avaient cru bon de raffiner leurs personnages et d'approfondir l'intrigue au-delà du spectacle «gore» qu'elle suggère. Quant aux interprètes, elles font ce qu'elles peuvent, mais le talent manque cruellement à l'appel.

Texte : Martin Bilodeau

Revue de presse

Risible et inutile

Remake risible et inutile d'un film médiocre de Bob Clark, NOËL NOIR de Glen Morgan (...) met en scène six bitchs hystériques et superficielles (campées par de non moins détestables actrices) et leur ''gardienne'' névrosée (...) qui se feront attaquer une à une par un tueur fou, dont l'un des plaisirs est d'arracher et de bouffer les yeux de ses victimes (...). Au menu: cris d'horreur, répliques vaches, effets-chocs convenus et quelques litres d'hémoglobine. Aucun frisson mais quelques fous rires garantis.
Noël noir Glen Morgan

Not High Art, but a Smart Film

Make no mistake about it, BLACK CHRISTMAS is exploitation cinema through and through. It makes no pretence of being high art, nor does it attempt to reinvent the genre. Resolutely old-school in its sensibilities, the 2006 version stays true to the spirit of the original but does update certain aspects for its modern audience. (...) The combination of blood, black humour and the knowing sense of self combine to make BLACK CHRISTMAS a smart film masquerading as dumb fun.
Noël noir Glen Morgan

For Real Horror-Buffs Only

This new version creates an elaborate, and reasonably ingenious backstory for the killer: the sorority house was once his family home, where he committed yucky acts of incest and murder. For the first 20 minutes or so, BLACK CHRISTMAS has some smart ideas and gags: then it all just gets predictable. One for real horror-buffs only.
Noël noir Glen Morgan

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3