Goto main content
3

Loin d'elle (Away From Her)

Jeudi 19 Décembre à 07:46 | Cinépop

Can. 2006. Drame sentimental de Sarah Polley avec Julie Christie, Gordon Pinsent, Olympia Dukakis. Une femme souffrant de la maladie d'Alzheimer en vient à oublier jusqu'à son mari et leur amour. Récit tragique et prenant, exempt de tout misérabilisme. Évocation puissante de la nature de la mémoire et du poids du temps. Traitement visuel sobre mais expressif. Touches lyriques. Interprétation bouleversante. (sortie en salle: 11 mai 2007)

Général
3

Loin d'elle (Away From Her)

Général Général

Can. 2006. Drame sentimental de Sarah Polley avec Julie Christie, Gordon Pinsent, Olympia Dukakis.

Une femme souffrant de la maladie d'Alzheimer en vient à oublier jusqu'à son mari et leur amour. Récit tragique et prenant, exempt de tout misérabilisme. Évocation puissante de la nature de la mémoire et du poids du temps. Traitement visuel sobre mais expressif. Touches lyriques. Interprétation bouleversante. (sortie en salle: 11 mai 2007)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Récompenses
Grant n'a pas toujours été un mari exemplaire pour Fiona. De fait, il l'a souvent trompée au cours de leurs 45 années de mariage. Or, depuis que son épouse est atteinte de la maladie d'Alzheimer, il lui est plus dévoué que jamais. Il la visite chaque jour dans le centre de soins spécialisés où il a dû la placer, malgré le fait que la septuagénaire semble les avoir oubliés, lui et leur amour. Même quand elle tombe amoureuse d'Aubrey, un autre patient, le désir de Grant d'être près d'elle demeure intact. Lorsqu'Aubrey quitte le centre, l'état de Fiona se détériore. Convaincu que ce dernier détient la clé du mieux-être de son épouse, Grant part à sa recherche.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Bien que le récit s'organise autour du schéma de la maladie, AWAY FROM HER n'est pas un film clinique, ni misérabiliste. L'état de dégénérescence du personnage central est certes éprouvant à regarder, mais le scénario parvient à extraire du malheur quelques beaux instants de grâce. Parallèlement, à travers la maladie d'Alzheimer, le film explore la nature de la mémoire, évoque le poids du temps et dépeint la tragédie d'oublier et d'être oublié. À la barre d'un premier long métrage, l'actrice canadienne Sarah Polley fait preuve d'une maturité surprenante. Privilégiant une approche visuelle sobre mais expressive, avec plusieurs touches lyriques, ainsi qu'un usage sensible de la lumière et de l'interminable hiver canadien, la jeune cinéaste marie admirablement forme et contenu. En outre, ce film bouleversant tire profit de la longue relation que les cinéphiles entretiennent avec Julie Christie, beauté éternelle qu'on s'attriste de voir flétrir de l'intérieur, de façon si convaincante. À ses côtés, Gordon Pinsent est tout aussi émouvant.

Texte : Kevin Laforest

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2019. Documentaire de Agnès Varda. Classement: Général.

À 90 ans, Agnès Varda passe en revue sa filmographie, ses expériences de photographe ainsi que ses récentes incursions en arts visuels. C'est également pour elle l'occasion d'évoquer son passé féministe et sa relation complice avec son défunt époux, le cinéaste Jacques Demy.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3