Aller au contenu principal
Default image
4

House of the Sleeping Beauties (Das Haus der schlafenden Schönen)

All. 2006. Drame de moeurs de Vadim Glowna avec Vadim Glowna, Angela Winkler, Maximilian Schell. Un vieil homme fortuné qui ne s'est jamais remis de la mort de sa femme et de sa fille devient un client assidu d'une étrange maison close. Conte pervers sensuel, adapté du roman de Yasunari Kawabata. Scénario un peu répétitif. Climat onirique bien forgé. Mise en scène modeste mais élégante. Interprétation pleine de mystère d'A. Winkler. (sortie en salle: 26 septembre 2008)

Non disponible
4

House of the Sleeping Beauties (Das Haus der schlafenden Schönen)

Non disponible Non disponible

All. 2006. Drame de moeurs de Vadim Glowna avec Vadim Glowna, Angela Winkler, Maximilian Schell.

Un vieil homme fortuné qui ne s'est jamais remis de la mort de sa femme et de sa fille devient un client assidu d'une étrange maison close. Conte pervers sensuel, adapté du roman de Yasunari Kawabata. Scénario un peu répétitif. Climat onirique bien forgé. Mise en scène modeste mais élégante. Interprétation pleine de mystère d'A. Winkler. (sortie en salle: 26 septembre 2008)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
Cinéma du Parc
L'homme d'affaires Edmond ne s'est jamais remis du décès de sa femme et de leur fille unique dans un accident de la route, survenu des années plus tôt. Convaincu qu'il s'agissait d'un suicide provoqué par leurs fréquentes disputes d'alors, le vieillard fortuné, rongé par la culpabilité, est hanté par la peur de la mort. Sur le conseil de son seul ami, Edmond se rend dans une étrange maison close où, à sa grande surprise, on lui propose de passer la nuit avec une jeune fille profondément endormie. D'abord intrigué, l'homme prend goût à ces moments de recueillement érotique et devient rapidement un client assidu de la maison. Mais ses questions pressantes indisposent l'énigmatique tenancière.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Aperçu récemment dans QUATRE MINUTES, l'acteur et réalisateur allemand Vadim Glowna avait reçu la Caméra d'Or à Cannes en 1981 pour son film DESPERADO CITY (inédit au Québec). Librement adapté d'un roman de Yasunari Kawabata, HOUSE OF THE SLEEPING BEAUTIES, son huitième long métrage, tient à la fois de l'exercice de style décalé et du conte pervers. Si les renvois au film noir sont nombreux (air de saxophone à la ANGEL HEART, femme-mystère, protagoniste narrateur, etc.), l'oeuvre au scénario parfois répétitif est cependant ancrée dans une atmosphère onirique, bien forgée, distillant une inquiétante étrangeté. Dans le rôle principal, Glowna est sobre et crédible. Il se trouve cependant éclipsé dès qu'entre en scène la grande Angela Winkler (L'HONNEUR PERDU DE KATHARINA BLUM, L'AMIE), dont l'interprétation pleine de mystère contribue grandement au ton particulier de ce film mis en scène avec une élégance sobre, mais qui s'abîme, hélas, dans un dénouement où la poésie de l'intention est ruinée par la maladresse de l'exécution.

Texte : François Lévesque

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3