Aller au contenu principal
3

2046

H.-K. 2004. Drame sentimental de Wong Kar-wai avec Tony Leung, Zhang Ziyi, Gong Li. De retour à Hong Kong en 1966, un ex-journaliste qui écrit un roman de science-fiction est hanté par un amour perdu. Intrigue labyrinthique mêlant fiction et réalité sur des thèmes d'anticipation et de romance. Ton nostalgique. Poème visuel hallucinant. Mise en scène flamboyante. Interprétation un peu somnambulesque.

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
3

2046 (2046)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

H.-K. 2004. Drame sentimental de Wong Kar-wai avec Tony Leung, Zhang Ziyi, Gong Li.

De retour à Hong Kong en 1966, un ex-journaliste qui écrit un roman de science-fiction est hanté par un amour perdu. Intrigue labyrinthique mêlant fiction et réalité sur des thèmes d'anticipation et de romance. Ton nostalgique. Poème visuel hallucinant. Mise en scène flamboyante. Interprétation un peu somnambulesque. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Musique :
Montage :
Distributeur :
Les Films Séville
2046, c'est le numéro de la chambre d'un hôtel de Hong Kong où l'ex-journaliste Chow Mo-wan a connu une certaine Su Lizhen dont il s'était épris quelques années plus tôt. De retour en ces lieux la veille de Noël 1966, après avoir été sauvé de l'enfer du jeu à Singapour par une mystérieuse dame en noir qui s'appelle aussi Su Lizhen, Chow loue la chambre 2047. Wang Jingwen, la fille aînée du propriétaire de l'hôtel, l'inspire et l'aide à l'écriture d'un roman racontant l'histoire d'un Japonais amoureux d'une androïde dans une mégapole futuriste nommée 2046, uniquement accessible en train et impossible à quitter une fois rendu. En même temps, Chow entretient une liaison purement physique avec la chambreuse Bai Ling, tout en continuant d'année en année à être hanté par le souvenir de son amour perdu.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après l'engouement suscité par IN THE MOOD FOR LOVE en 2000, Wong Kar-wai récidive avec une oeuvre labyrinthique mêlant fiction et réalité, véritable miroir à plusieurs faces du sentiment amoureux, qui raconte la suite des «aventures» du héros de son film précédent. Mais cette fois, le spectateur se trouvera peut-être dérouté par tant de circonvolutions temporelles et scénaristiques, qui font écho à celles de L'ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD d'Alain Resnais. Ainsi, l'intrigue apparaît aussi tordue que les circonstances du tournage et de la postproduction du film, qui se sont étirés sur cinq ans. Outre l'allusion à l'année précédant la fin du statut spécial accordé à Hong Kong par la Chine, 2046 se présente comme un poème visuel hallucinant, où l'espace-temps et les personnages se trouvent dupliqués par les arcanes du fantasme ou du souvenir, le tout enrobé d'une panoplie d'effets flamboyants portant la signature magistrale de l'auteur: ralentis, couleurs saturées, cadrages rigoureux, allitération d'images, leitmotive envoûtants, etc. Dans cet univers néanmoins un peu clos sur lui-même, triomphe d'un esthétisme souverain et d'une nostalgie glorifiée, des interprètes de grande classe livrent un jeu plutôt somnambulesque.

Texte : Jean Beaulieu

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3