Go to main content
4

Monsieur Batignole

Fr. 2001. Comédie dramatique de Gérard Jugnot avec Gérard Jugnot, Jules Sitruk, Jean-Paul Rouve. En 1942, un charcutier parisien entreprend d'escorter trois enfants juifs jusqu'à la frontière suisse. Sujet grave abordé avec légèreté. Personnages truculents. Reconstitution d'époque convaincante. Mise en scène assurée. Interprétation sincère.

Général
4

Monsieur Batignole (Monsieur Batignole)

Général Général

Fr. 2001. Comédie dramatique de Gérard Jugnot avec Gérard Jugnot, Jules Sitruk, Jean-Paul Rouve.

En 1942, un charcutier parisien entreprend d'escorter trois enfants juifs jusqu'à la frontière suisse. Sujet grave abordé avec légèreté. Personnages truculents. Reconstitution d'époque convaincante. Mise en scène assurée. Interprétation sincère.

Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
Les Films Séville
Récompenses
En 1942, dans Paris occupée, le charcutier Edmond Batignole provoque par sa mesquinerie l'arrestation du médecin juif Max Bernstein, qui s'apprêtait à fuir avec sa famille. Peu après, grâce aux contacts de son futur gendre, Edmond emménage avec les siens dans le vaste appartement des Bernstein, puis devient le traiteur attitré des SS. Mais un jour, en allant répondre à la porte, il tombe face à face avec Simon Bernstein, le plus jeune fils du médecin. Ayant réussi à s'évader, le gamin recherche maintenant sa famille, ignorant qu'elle a été déportée. D'abord réticent, Edmond accepte de le cacher. Mais bientôt, Simon est rejoint par deux jeunes cousines. Désormais sensibilisé au sort fait aux juifs, Edmond entreprend de sauver les trois enfants en les escortant jusqu'à la frontière suisse.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Huitième film de Gérard Jugnot, MONSIEUR BATIGNOLE traite avec une certaine légèreté le thème de l'Holocauste, adoptant le point de vue d'un homme inconscient du sort des Juifs. S'étant inspiré de nombreux documents d'archives de l'époque, le réalisateur offre une reconstitution convaincante du Paris de 1942. La mise en scène assurée, privilégiant de discrets mouvements de caméra, illustre subtilement les difficultés de la vie quotidienne durant la guerre. Soucieux de respecter l'esprit de l'époque et d'éviter ainsi le manichéisme, le cinéaste a pris soin de ne pas faire des protagonistes juifs d'innocentes victimes et des Français d'ignobles collabos. Par ailleurs, Jugnot a porté une attention particulière tant aux personnages principaux que secondaires. Les premiers se révèlent touchants et animés de contradictions; les seconds s'avèrent truculents, tels le passeur cupide et l'outrecuidant dramaturge antisémite. Entouré d'interprètes de talent, Gérard Jugnot incarne avec sincérité son personnage d'homme simple face au petit Jules Sitruk, désarmant de naturel.

Texte : Manon Dumais

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3