Go to main content
3

Le Show Truman (The Truman Show)

É.-U. 1998. Comédie dramatique de Peter Weir avec Jim Carrey, Laura Linney, Ed Harris. Un banlieusard découvre que depuis sa naissance des caméras le surveillent et diffusent à travers le monde sa vie quotidienne. Ambitieuse métaphore satirique sur les dérives médiatiques. Facture luxueuse et élaborée. Mise en scène assurée. Jeu typé de J. Carrey.

Général
3

Le Show Truman (The Truman Show)

Général Général

É.-U. 1998. Comédie dramatique de Peter Weir avec Jim Carrey, Laura Linney, Ed Harris.

Un banlieusard découvre que depuis sa naissance des caméras le surveillent et diffusent à travers le monde sa vie quotidienne. Ambitieuse métaphore satirique sur les dérives médiatiques. Facture luxueuse et élaborée. Mise en scène assurée. Jeu typé de J. Carrey.

Truman vit dans une charmante petite ville sur une île en compagnie de son épouse, une femme au foyer parfaite, et d'un voisinage fort sympathique. L'ennui, c'est que cet univers idéal ne s'avère qu'un gigantesque studio. Les voisins, les collègues et même la femme de Truman sont tous des acteurs. En effet, sans interruption depuis sa naissance, des caméras cachées l'observent à son insu et diffusent sa vie à travers le monde. Mais cette incroyable émission de télévision en vient à connaître des ratés techniques qui vont éveiller les soupçons de Truman.

L’AVIS DE MEDIAFILM

THE TRUMAN SHOW fait immanquablement songer à la série télévisée britannique THE PRISONER, sauf qu'ici la paranoïa du héros provient du fait qu'il découvre seulement progressivement son statut de "prisonnier virtuel". Le scénariste a également incorporé le thème de l'intimité constamment violée par les médias, faisant écho en cela à la comédie québécoise LOUIS 19. Il faut cependant avouer que dans ce cas-ci la portée satirique et métaphorique va bien plus loin. Si le sujet rejoint donc des préoccupations contemporaines et s'avère savoureusement illustré, il est néanmoins un peu dommage que l'auteur n'ait pas poussé sa thèse jusqu'à une remise en question complète du rôle, ou du moins des excès, des pouvoirs médiatiques. Ceci dit, bien qu'il s'appuie davantage sur l'aspect divertissement, le réalisateur démontre une assez grande assurance. Seul le choix de Jim Carrey comme premier rôle peut sans doute laisser perplexe. Car, malgré ses indéniables qualités, l'acteur reste trop marqué par son côté bouffon pour incarner un personnage en pleine crise de conscience.

Texte : Christian Depoorter

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3