Go to main content
4

Maborosi (Maborosi No Hikari)

Jap. 1995. Drame psychologique de Hirokazu Kore-eda avec Makiko Esumi, Takashi Naito, Tadanobu Asano. Hantée par le suicide de son mari, une jeune femme tente de refaire sa vie. Méditation souvent poignante et subtile sur le deuil. Récit un peu mince. Suite d'images composées avec un soin extrême. Interprétation émouvante et sensible de la protagoniste.

Général
4

Maborosi (Maborosi No Hikari)

Général Général

Jap. 1995. Drame psychologique de Hirokazu Kore-eda avec Makiko Esumi, Takashi Naito, Tadanobu Asano.

Hantée par le suicide de son mari, une jeune femme tente de refaire sa vie. Méditation souvent poignante et subtile sur le deuil. Récit un peu mince. Suite d'images composées avec un soin extrême. Interprétation émouvante et sensible de la protagoniste.

Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
Del Fuego
Yumiko vit heureuse avec son époux Ikuo et leur bébé de trois mois. Mais un jour, la police vient l'informer que son mari a péri sous les roues d'un train en marche. Ce suicide apparent plonge la jeune femme dans la détresse, faisant écho à un douloureux souvenir d'enfance, la disparition de sa grand-mère qui l'avait quittée un jour pour, disait-elle, aller rencontrer la mort. Yumiko refait alors sa vie en se remariant avec Tamio, un veuf qui habite un village de pêcheurs. Mais elle demeure hantée par le passé et la mort.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Ce premier film d'un jeune réalisateur doué appartient à une certaine conception du cinéma nippon, dans lequel la lenteur et la contemplation dominent. Presque entièrement tourné en plans fixes et éloignés, le film déroule une suite d'images composées avec un soin extrême, parfois même à la limite de l'ostentation. Cette méditation sur le deuil et la perte apparaît alors souvent poignante et subtile dans son réseau de correspondances affectives (les images de train et les bruits de sonnette évoquant de façon obsessive l'être cher inexplicablement disparu). De plus, le film offre en filigrane une peinture évocatrice de la situation de la femme dans la société japonaise. Toutefois, l'émotion sourd parfois difficilement et des longueurs parsèment un récit qui manque quelque peu de substance. Mannequin célèbre, Makiko Esumi offre une performance sensible et souvent émouvante dans le rôle principal. Il faut également noter le jeu plein de fraîcheur des petits enfants.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3