Go to main content
4

Jambon jambon (Jamon Jamon)

Esp. 1992. Drame de moeurs de Bigas Luna avec Penélope Cruz, Javier Bardem, Stefania Sandrelli. Une mère dominatrice complote pour empêcher son fils d'épouser la fille d'une tenancière de bordel qu'il a rendue enceinte. Sombre mélodrame cultivant l'irrévérence et l'ironie. Style apparenté au western. Touches surréalistes. Interprétation dans le ton voulu.

16 ans + (érotisme)
4

Jambon jambon (Jamon Jamon)

16 ans + (érotisme) 16 ans + (érotisme)

Esp. 1992. Drame de moeurs de Bigas Luna avec Penélope Cruz, Javier Bardem, Stefania Sandrelli.

Une mère dominatrice complote pour empêcher son fils d'épouser la fille d'une tenancière de bordel qu'il a rendue enceinte. Sombre mélodrame cultivant l'irrévérence et l'ironie. Style apparenté au western. Touches surréalistes. Interprétation dans le ton voulu.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
C/FP
Récompenses
La jeune Silvia se retrouve enceinte de José Luis qui lui propose illico de l'épouser. Mais la très dominatrice mère de ce dernier, Conchita, qui dirige avec son mari une compagnie de sous-vêtements masculins, s'oppose énergiquement à ce projet, car Silvia est la fille de Carmen, la tenancière du populaire bordel sur la route nationale. Conchita recrute alors Raul, un livreur de viande, pour séduire la jeune fille et celle-ci, déçue par l'indécision de José Luis, finit par succomber aux charmes du gigolo. Toutefois, un terrible drame éclate lorsque Conchita tombe également amoureuse de l'ambitieux Raul.

L’AVIS DE MEDIAFILM

En espagnol, l'expression "jamona" désigne une femme appétissante et sensuelle, ce qui s'applique évidemment ici au personnage de l'innocente Silvia. L'enjeu principal de ce sombre mélodrame est le maintien des apparences au nom d'un code moral strict. Mais à tour de rôle, les protagonistes bafouent allègrement cette morale lorsqu'ils sont emportés par leur passion. Ainsi, Bigas Luna (ANGOISSE) manie l'irrévérence et l'ironie à la façon de Pedro Almodovar, mais sa manière de filmer diffère sensiblement. En fait, l'atmosphère évoque davantage celle d'un curieux western dont les références seraient typiquement espagnoles, avec en prime une imagerie surréaliste directement héritée de Luis Bunuel. L'interprétation s'accorde bien au ton particulier de l'oeuvre.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3