Aller au contenu principal
1

Persona

Suèd. 1966. Drame psychologique de Ingmar Bergman avec Bibi Andersson, Liv Ullmann, Margaretha Krook. D'étranges relations s'établissent entre une infirmière et une actrice devenue muette à la suite d'un choc psychique. Récit énigmatique. Exploration de thèmes fascinants. Réalisation d'une grande richesse esthétique. Excellente interprétation.

13 ans +
1

Persona (Persona)

13 ans + 13 ans +

Suèd. 1966. Drame psychologique de Ingmar Bergman avec Bibi Andersson, Liv Ullmann, Margaretha Krook.

D'étranges relations s'établissent entre une infirmière et une actrice devenue muette à la suite d'un choc psychique. Récit énigmatique. Exploration de thèmes fascinants. Réalisation d'une grande richesse esthétique. Excellente interprétation. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Une actrice, Elisabeth Vogler, s'est murée dans un mutisme provoqué par un choc psychique. On la soigne dans une clinique où une jeune infirmière, Alma, est chargée de veiller sur elle. Les deux femmes se ren­dent, sur les conseils du médecin, dans une villa au bord de la mer et une étrange relation s'établit entre elles. Devant Elisabeth muette, Alma parle sans arrêt et dévoile ses souvenirs les plus intimes. Une brisure dans cette amitié provoque une crise qui sera peut-être bénéfique.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Rarement s'est-on trouvé devant un film aussi énigmatique et aussi fascinant. Ingmar Bergman (LA SOURCE) semble avoir semé à plaisir les embûches à la com­préhension de son oeuvre, distribuant deçà delà des images d'un symbo­lisme obscur. Tout cela est disposé avec art, dans une mise en scène parfaitement maîtrisée et servie par une photographie impeccable. Les habitués de l'auteur reconnaîtront certains thèmes familiers: angoisse, isolement, silence de Dieu. Les deux interprètes sont d'une présence écrasante.

Texte : Robert-Claude Bérubé

COMMENTAIRES

30 décembre 2018, 17:22:38

Par : Laurie Willard, Sherbrooke

Bizarre, mais fascinant, un de mes films préféré des années 1960 mais je ne peux l'expliquer. Deux des meilleures performances d'actrices que j'ai vu.

J'attribue à ce film la Cote 3


16 octobre 2016, 14:25:04

Par : Benoit Roy, Montéal

Un classique. À voir absolument!

J'attribue à ce film la Cote 3


Revue de presse

Lovely and Moody Film

And once again he [Bergman] is inviting (or compelling) his public to engage in studious effort at interpretation or simply outright involvement of themselves, empathically and esthetically, and let the egos and ids falls where they may.

(Texte paru en 1967)

Persona Ingmar Bergman

Vent d'est

Un chef-d'oeuvre. Visages scrutés, âmes sondées jusqu'au fond. Corps aimés et redoutés. Affrontement amoureux de tous les instants. (...) Il y a dans Bergman quelque chose de faulknérien.

(Texte paru en 1973)

Persona Ingmar Bergman

L'Intériorité de l'être

D'un poignante éloquence, cette dissection clinique d'une sensibilité se distingue par la densité dramatique des habituelles incursions puériles du cinéma dans les méandres de la psychanalyse. (...) Quant aux deux actrices, Andersson et Ullmann, elles vivent véritablement leurs (...) personnages.

(Texte paru en 1967)

Persona Ingmar Bergman

À cause de - et malgré - Bergman

(...) le dernier Bergman poursuit le cheminement des films précédents. On retrouve les mêmes phantasmes, (...) la même fascination de la chair, mais de la chair puritaine, donc triste ou coupable. Les mêmes images, aussi, et cette façon admirable de montrer, avec des noirs et des blancs, la vie intérieure des humains.

(Texte paru en 1967)

Persona Ingmar Bergman

Bergman prisonnier de lui-même

PERSONA, c'est la dépossession lente, sournoise, d'une âme par une autre (...). Indiscutablement, le réalisateur du SEPTIÈME SCEAU reste un maître de la lumière, mais son style, qui balance ici entre un intimisme discret et certaines outrances expressionnistes, manque de rigueur.

(Texte paru en 1967)

Persona Ingmar Bergman

Bergman, le gynécologue de l'âme féminine

Bergman retrouve dans PERSONA ce secret de la lumière scandinave que, seul depuis le cinéma muet, Dreyer avait conservé. (...) Deux monstres-femmes, deux actrices hors du commun, Bibi Anderson et Liv Ullmann, donnent au drame sa chair, ses larmes et son sang.

(Texte paru en 1967)

Persona Ingmar Bergman

Une Terre chaude et sale, un ciel vide et froid

Le dernier Bergman (...) ne nous apprend rien sur lui que nous ne sachions déjà. (...) Selon toute probabilité, l'ensemble finit par constituer une fraternité assez étendue qui, de cette manière, existe par la grâce d'un contact purement égoïste sur la terre chaude et sale, sous un ciel vide et froid.

(Texte paru en 1967)

Persona Ingmar Bergman

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2021. Comédie fantaisiste de Alexandre Astier avec Alexandre Astier, Lionnel Astier, Franck Pitiot. Classement: Général.

Au cours de la seconde moitié du Ve siècle, le roi Arthur rentre d'exil pour tenter de reprendre le contrôle du Royaume de Logres, dirigé par le tyrannique Lancelot-du-Lac. Il est aidé dans sa quête par une poignée de résistants et d’anciens fidèles.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3