Aller au contenu principal
2

I Am Cuba (Soy Cuba - Ja Kuba)

URSS 1964. Film à sketches de Mikhail Kalatozov avec Luz Maria Collazo, Jean Bouise, Sergio Corrieri. Quatre histoires se déroulant à Cuba à l'aube de la révolution de Fidel Castro. Oeuvre propagandiste rendant hommage aux Cubains et à leur pays. Images d'un lyrisme puissant. Traitement à la fois sensuel, poétique et onirique. Utilisation étonnante de la caméra. Interprétation vivante. (sortie en salle: 3 janvier 2008)

Général
2

I Am Cuba (Soy Cuba - Ja Kuba)

Général Général

URSS 1964. Film à sketches de Mikhail Kalatozov avec Luz Maria Collazo, Jean Bouise, Sergio Corrieri.

Quatre histoires se déroulant à Cuba à l'aube de la révolution de Fidel Castro. Oeuvre propagandiste rendant hommage aux Cubains et à leur pays. Images d'un lyrisme puissant. Traitement à la fois sensuel, poétique et onirique. Utilisation étonnante de la caméra. Interprétation vivante. (sortie en salle: 3 janvier 2008)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Distributeur :
Del Fuego
Quatre histoires se déroulant à Cuba à l'aube de la révolution de Fidel Castro. 1. Un homme d'affaires américain rencontre une prostituée dans un cabaret et passe la nuit avec elle dans un taudis. 2. Un paysan préfère incendier ses champs de canne à sucre plutôt que de les perdre aux mains d'une multinationale. 3. Une manifestation étudiante est violemment réprimée par les forces de l'ordre. 4. Un paysan vivant en montagne avec sa famille s'engage dans la guérilla.

L’AVIS DE MEDIAFILM

À l'instar d'Eisenstein filmant LA GRÈVE, POTEMKIN ou OCTOBRE dans la foulée de la révolution de 1917, le cinéaste russe Mikhail Kalatozov a tourné I AM CUBA dans le climat euphorique et fervent du Cuba de l'après-Révolution. Il s'agit d'une oeuvre de propagande justifiant après-coup la Révolution en décrivant le Cuba de l'ère Batista comme un pays où règne la décadence capitaliste et l'oppression du petit peuple. Mais derrière un discours manichéen et manipulateur se profile un hommage remarquable aux Cubains et à leur pays. Le résultat s'avère sidérant par la force et le lyrisme des images qui parviennent aisément à transcender le scénario. L'utilisation géniale de la pellicule infrarouge, du grand angle et de mouvements de caméra étonnamment acrobatiques confère à la réalisation une qualité parfois hallucinante. Sensuel, poétique et onirique sont d'autres qualificatifs qui viennent en tête. Cette oeuvre hors du commun est demeurée jusqu'à maintenant invisible en dehors de ses deux pays d'origine. Sa sortie en Amérique du Nord constitue un événement majeur pour les cinéphiles.

Texte : Martin Girard

Revue de presse

Un Oeuf lancé du haut d'une tour...

Rarement montré ici, SOY CUBA mérite qu'on se précipite à sa rencontre. Ne serait-ce qu'afin d'admirer les images spectaculaires de Sergei Urusevsky, ses incroyables plans-séquences, ses cadrages prodigieux, ses scènes d'anthologie (...). La virtuosité technique (...), au dire de certains trop présente et écrasant le propos du film, constitue une source d'éblouissement.

I Am Cuba Mikhail Kalatozov

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3