Aller au contenu principal
4

L'Ombre du vampire (Shadow of the Vampire)

É.-U. 2000. Drame fantastique de E. Elias Merhige avec John Malkovich, Willem Dafoe, Udo Kier. En 1921, un cinéaste recrute un vrai vampire pour jouer dans une adaptation de Dracula. Évocation fantaisiste du tournage de Nosferatu de F.W. Murnau. Bonne dose d'humour noir et d'ironie. Création d'atmosphère réussie. Interprétation dans le ton voulu.

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
4

L'Ombre du vampire (Shadow of the Vampire)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

É.-U. 2000. Drame fantastique de E. Elias Merhige avec John Malkovich, Willem Dafoe, Udo Kier.

En 1921, un cinéaste recrute un vrai vampire pour jouer dans une adaptation de Dracula. Évocation fantaisiste du tournage de Nosferatu de F.W. Murnau. Bonne dose d'humour noir et d'ironie. Création d'atmosphère réussie. Interprétation dans le ton voulu. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
En 1921, à Berlin, le cinéaste Friedrich Wilhelm Murnau entreprend de porter à l'écran le roman Dracula de Bram Stoker. N'ayant pu obtenir les droits d'adaptation, il change le nom du vampire, désormais appelé comte Orlock, et intitule son film Nosferatu. L'équipe de tournage se rend en Europe de l'Est où l'attend Max Schreck, l'acteur choisi par Murnau pour incarner le vampire. Personnage inquiétant et mystérieux, Schreck n'accepte de travailler que la nuit. La raison en est bien simple: il s'agit d'un vrai vampire, recruté en secret par le cinéaste au nom du réalisme filmique. En échange de sa collaboration, Schreck s'est vu promettre par Murnau de pouvoir sucer le sang de la vedette féminine à la fin du tournage.

L’AVIS DE MEDIAFILM

L'idée de raconter le tournage du célèbre NOSFERATU de Murnau constitue en soi un sujet fascinant, ne serait-ce qu'en raison du caractère énigmatique de sa vedette Max Schreck. Toutefois, les auteurs de SHADOW OF THE VAMPIRE n'abordent pas le sujet avec beaucoup de sérieux. Faire de Schreck un véritable mort-vivant s'avère une prémisse amusante, mais elle n'offre aucun tremplin pour explorer la véritable personnalité d'un acteur auréolé d'un authentique mystère. Le portrait de Murnau (un John Malkovich sans surprise) s'avère également discutable avec sa vision attendue de l'artiste dont le génie passe par la folie. Plus originale est cette idée de présenter le processus filmique comme une forme de vampirisme, une métaphore que l'auteur exploite de façon variée et imaginative. D'autre part, il faut saluer la réussite de la création d'atmosphère, nourrie comme il se doit d'influences expressionnistes. Il est également intéressant d'assister à la reconstitution du tournage des passages célèbres du film de Murnau, même dans un contexte aussi fantaisiste. L'ironie et l'humour noir que le cinéaste injecte dans son film se répercutent sur la performance de Willem Dafoe, qui incarne un vampire plus saugrenu que terrifiant.

Texte : Martin Girard

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3