Aller au contenu principal
5

Basket spatial (Space Jam)

Jeudi 26 Mai à 02:00 | YTVMercredi 25 Mai à 19:00 | YTV

É.-U. 1996. Comédie fantaisiste de Joe Pytka avec Michael Jordan, Wayne Knight, Bill Murray. Le lapin Bugs Bunny recrute un champion de basket-ball afin de battre des extraterrestres dans un match qui décidera du sort des héros de dessins animés. Mélange plus ou moins réussi de personnages réels et de dessins animés. Intrigue minimale. Mise en scène bousculée. Manque de tonus des protagonistes.

Général
5

Basket spatial (Space Jam)

Général Général

É.-U. 1996. Comédie fantaisiste de Joe Pytka avec Michael Jordan, Wayne Knight, Bill Murray.

Le lapin Bugs Bunny recrute un champion de basket-ball afin de battre des extraterrestres dans un match qui décidera du sort des héros de dessins animés. Mélange plus ou moins réussi de personnages réels et de dessins animés. Intrigue minimale. Mise en scène bousculée. Manque de tonus des protagonistes. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
Warner Bros.
Propriétaire d'un parc d'amusement peu fréquenté, Swackhammer règne sur la planète des Nerdlucks. Dans l'espoir de sauver son entreprise grâce à une nouvelle attraction, il envoie ses troupes sur Terre afin de kidnapper des héros de dessins animés. Le lapin Bugs Bunny propose alors aux extraterrestres de jouer un match de basket-ball dont l'issue décidera du sort de ses amis. Mais voyant que les pouvoirs des Nerdlucks leur permettent de devenir des as du basket, Bugs Bunny recrute le champion Michael Jordan afin de rehausser le niveau de son équipe.

L’AVIS DE MEDIAFILM

On pourrait penser que les prouesses techniques de WHO FRAMED ROGER RABBIT étaient devenues des modèles du genre auxquels tout film mélangeant dessins animés et personnages réels devait tenter de se conformer. Pourtant, ce dernier avatar paraît loin de leur arriver à la cheville. Sans doute influencés par les vidéo-clips et par la mode du "zapping" à la télé, les auteurs ont confondu rythme avec bousculade dès le générique de départ. L'omniprésence d'une musique étouffante n'arrive guère à masquer le fait que rarement film fut construit sur une intrigue aussi minimale. Si certaines scènes animées s'agencent bien avec les décors naturels, la rencontre d'un milieu sportif avec celui des "cartoons" tient plus d'une entreprise commerciale que d'une fantaisie artistique. La portion "humaine" se révèle d'une assez grande insignifiance, les acteurs ne possédant guère le tonus nécessaire. Quant aux divers héros animés, dont la réunion fait tout l'intérêt du film, ils ne laissent entrevoir qu'un pâle reflet d'eux-mêmes, eux qui furent par le passé autrement plus sympathiques.

Texte : Christian Depoorter

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3