Aller au contenu principal
4

La Messagère: l'histoire de Jeanne d'Arc (The Messenger: The Story of Joan of Arc)

Fr. 1999. Drame historique de Luc Besson avec Milla Jovovich, John Malkovich, Faye Dunaway. En 1429, forte de supposées révélations divines, une simple paysanne devient chef des armées du roi de France Charles VII. Approche grandiloquente mais impressionnante. Libertés historiques ambiguës. Morceaux de bravoure spectaculaires. Interprétation louable.

13 ans + (violence)
4

La Messagère: l'histoire de Jeanne d'Arc (The Messenger: The Story of Joan of Arc)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)

Fr. 1999. Drame historique de Luc Besson avec Milla Jovovich, John Malkovich, Faye Dunaway.

En 1429, forte de supposées révélations divines, une simple paysanne devient chef des armées du roi de France Charles VII. Approche grandiloquente mais impressionnante. Libertés historiques ambiguës. Morceaux de bravoure spectaculaires. Interprétation louable. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Columbia
Récompenses
Enfant, Jeanne est animée d'une ferveur religieuse qui la pousse à se confesser sans arrêt et à assister à des apparitions. Au cours d'un raid anglais, sa soeur est tuée puis violée sous ses yeux. Les visions se transforment alors en révélations divines qui l'incitent à combattre pour libérer la France. Elle parvient à convaincre le Dauphin de la laisser diriger une armée contre les Anglais à Orléans en 1429. Sa victoire surprenante permet le couronnement du Roi Charles VII, mais sa fougue la conduira au bûcher en 1431.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Fidèle à son habitude depuis THE PROFESSIONAL, Luc Besson tourne en anglais une production à la teneur internationale, mais aux capitaux français. Pour sa version très personnelle des exploits de la légendaire Jeanne d'Arc, il n'a certes pas lésiné sur les moyens pour offrir au spectateur des scènes de combat époustouflantes et grand-guignolesques, qui présentent avec une fougue incomparable des morceaux de bravoure spectaculaires. Cependant, il a pris des libertés considérables avec l'Histoire pour atteindre son but, si bien que le dessein profond de l'oeuvre se dissipe en conjectures. Tout en illustrant puissamment les visions de la pucelle, le réalisateur interroge en deuxième partie la supposée divinité de celles-ci par l'entremise d'un personnage omniscient, tout en reconnaissant à la fin la sainteté de la jeune femme. Que déduire de tout cela? Techniquement, le film impressionne et est digne de mention, ne serait-ce que pour la hardiesse de la réalisation. Quant à Milla Jovovich, elle fait des efforts louables pour être à la hauteur.

Texte : André Caron

COMMENTAIRES

21 août 2018, 12:07:46

Par : Michaël Gagnon, Sherbrooke

Scénario simplifié d’un contexte historique complexe. Réalisation musclée, mais parfois échevelée. Mise en scène crédible bien maîtrisée. Rythme et intérêt soutenus. Quelques passages spectaculaires. Aspects oniriques moins convaincants. Mise en image dynamique. Distribution solide. Effort remarqué de M. Jovovich.

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3