Go to main content
4

Audition (Odishon)

Jap. 1999. Drame d'horreur de Takashi Miike avec Ryo Ishibashi, Eihi Shiina, Jun Kunimura. Ayant organisé des auditions bidon afin de se trouver une nouvelle épouse, un producteur de films veuf jette son dévolu sur une jeune femme étrange. Prémisse intéressante mais plutôt tordue. Lente progression vers l'horreur. Dénouement tarabiscoté. Interprétation correcte. (sortie en salle: 5 mars 2009)

18 ans + (violence, horreur)
4

Audition (Odishon)

18 ans + (violence, horreur) 18 ans + (violence, horreur)

Jap. 1999. Drame d'horreur de Takashi Miike avec Ryo Ishibashi, Eihi Shiina, Jun Kunimura.

Ayant organisé des auditions bidon afin de se trouver une nouvelle épouse, un producteur de films veuf jette son dévolu sur une jeune femme étrange. Prémisse intéressante mais plutôt tordue. Lente progression vers l'horreur. Dénouement tarabiscoté. Interprétation correcte. (sortie en salle: 5 mars 2009)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
Film Tonic
Toujours veuf sept ans après la mort de sa femme, Shigeharu Aoyama, directeur d'une maison de production cinématographique, veut se remarier. Avec l'aide de son collègue Yoshikawa, il organise des auditions bidon pour un premier rôle féminin dans un de leurs films, en espérant trouver ainsi une nouvelle épouse. Parmi la kyrielle de jeunes aspirantes, une ex-étudiante en ballet, la timide Asami Yamazaki, retient son attention. Charmé, il décide de la revoir et lui avoue ses sentiments, malgré la mise en garde de Yoshikawa, qui a découvert certaines imprécisions dans les références données par la jeune femme. Néanmoins, Aoyama emmène Asami pour un week-end à la campagne afin de lui demander sa main. Or, celle-ci disparaît mystérieusement pendant la nuit.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Le cinéma asiatique des récentes années nous a donné de nombreux exemples de films de genre au raffinement parfois poussé à l'extrême. Moins expérimental qu'un Shinya Tsukamoto, le prolifique Takashi Miike, clairement influencé par l'univers de cinéastes tels que Cronenberg, semble voltiger aisément d'un genre à l'autre. Ainsi en est-il d'AUDITION, qui passe de la comédie dramatique au polar puis, dans sa dernière partie, à l'horreur pure, suivant en cela une très lente progression. D'ailleurs, la portion horrifique du film, d'une machiavélique efficacité, est menée avec un aplomb peu commun. Un dénouement tarabiscoté, amalgamant deux pistes différentes, nous empêche toutefois de retirer pleine satisfaction de la ruse des auteurs, d'autant plus que l'ensemble dégage un climat passablement tordu dès sa prémisse. Pourtant, à partir d'une mise en situation intéressante, où il effleure le problème de la solitude dans les grandes villes nippones et explore le sentiment de culpabilité du protagoniste, Miike enchaîne en se jouant des stéréotypes de soumission, de pudeur et de fragilité apparentes associés aux femmes japonaises. Les acteurs se tirent bien d'affaire, en dépit du mélange de registres que commande le récit.

Texte : Jean Beaulieu

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3