Go to main content
Default image
Pas de cote

Les 4 Fantastiques (Fantastic Four)

2005. de Tim Story avec Ioan Gruffudd, Jessica Alba, Julian McMahon. Quatre scientifiques ayant acquis des pouvoirs surhumains lors d'une exposition à des radiations décident de former une alliance de justiciers. Adaptation un peu routinière d'une populaire bande dessinée. Touches d'humour réussies. Réalisation de métier. Interprétation assurée.

Pas de cote

Les 4 Fantastiques (Fantastic Four)

2005. de Tim Story avec Ioan Gruffudd, Jessica Alba, Julian McMahon.

Quatre scientifiques ayant acquis des pouvoirs surhumains lors d'une exposition à des radiations décident de former une alliance de justiciers. Adaptation un peu routinière d'une populaire bande dessinée. Touches d'humour réussies. Réalisation de métier. Interprétation assurée. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Le savant Reed Richards dirige une expédition scientifique dans l'espace à laquelle participent son ex-compagne Sue Storm, le frère de cette dernière, le pilote casse-cou Johnny, ainsi que l'astronaute Ben Grimm. Durant la mission, leur laboratoire spatial traverse un nuage de particules radioactives qui provoquent une mutation du code génétique des quatre scientifiques. Le corps de Reed acquiert une élasticité surhumaine, tandis que Sue devient capable de se rendre invisible et de générer de puissants champs énergétiques. De son côté, Johnny peut se transformer en torche humaine et voler comme une fusée. Quant à Ben, il devient un géant de pierre d'une force peu commune. Les mutants décident alors de former une nouvelle alliance de justiciers, les Quatre Fantastiques. Leur première mission: déjouer les plans machiavéliques du mégalomane Docteur Doom.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Depuis quelques années maintenant, à chaque été, les cinéphiles ont droit à une nouvelle adaptation cinématographique d'un «comic book» ayant jadis connu la gloire sur papier. Ces productions viennent nourrir la nostalgie des baby boomers et tentent de séduire les jeunes en revampant, à coups d'effets spéciaux, les pouvoirs étonnants de leurs super-héros. Si, dans la liste, on compte des oeuvres de qualité, force est d'admettre que FANTASTIC FOUR n'est pas de cette trempe. Le scénario n'étoffe pas la psychologie des héros (nous sommes loins de la recherche existentielle et mystique qui caractérise le récent BATMAN BEGINS) et il ne cherche pas non plus à réellement les humaniser (c'est ce qui fait pourtant toute la force des SPIDER-MAN). L'émotion s'avère ici de pacotille et l'intrigue sans surprise. Par contre, l'humour bon enfant et le rythme allègre de la narration donnent à l'ensemble la légèreté d'une barbe à papa, qui nous change de la lourdeur et de la prétention de certains autres essais récents, comme DAREDEVIL. Ce qui, finalement, nous ramène au charme enfantin de la série animée télévisée qui popularisa «The Fantastic Four» dans les années 1960. D'ailleurs, le film s'adresse surtout aux enfants et aux pré-adolescents. Côté interprétation, retenons le jeu dégagé de Chris Evans et le charisme fielleux de Julian McMahon.

Texte : Johanne Larue

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2011. Drame psychologique de Céline Sciamma avec Zoé Héran, Malonn Lévana, Jeanne Disson. Classement: Général.

Emménageant avec sa famille dans une ville en banlieue de Paris, une fille de dix ans aux allures androgynes se fait passer pour un garçon auprès des enfants du coin. Accidentellement mise au courant, sa petite soeur la couvre, à condition d'intégrer sa bande de nouveaux amis.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3