Daylight's End
1 7 4
4

Daylight's End

É.-U. 2016. Drame d'horreur de William Kaufman avec Johnny Strong, Chelsea Edmundson, Lance Henriksen. À Dallas, un vengeur solitaire affronte une horde de zombies qui n'attaquent que la nuit, aux côtés d'un petit groupe de survivants. Intrigue simple mais solide, prétexte à de nombreuses fusillades musclées. Renouvellement des recettes du genre. Réalisation efficace et sans temps morts. Interprétation convaincante.


Genre : Drame d'horreur
Durée : 105 min.
Réalisation : William Kaufman
Scénario :
Photographie : Kelly Riemenschneider
Musique : Johnny Strong
Montage : Michael Marco

Après avoir porté secours à une jeune femme, un vengeur taciturne accompagne celle-ci jusqu'à Dallas, où elle vit retranchée avec un petit groupe vivant sous la menace des attaques nocturnes d'une horde de zombies.

L’avis de Mediafilm

Délibérément classique, l'intrigue de DAYLIGHT'S END n'est qu'un mince prétexte pour enchaîner les fusillades spectaculaires. Spécialiste des films d'action musclés (MARINE 4, JARHEAD 3), William Kaufman exploite bien les décors, tout en introduisant plusieurs éléments qui viennent renouveler le genre. Avec son look à la Mad Max, Johnny Strong est convaincant.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Beatriz At Dinner Beatriz At Dinner
Mediafilm

É.-U. 2017. Comédie dramatique de Miguel Arteta avec Salma Hayek, John Lithgow, Connie Britton. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).


Sa voiture étant tombée en panne devant la maison d'une riche cliente, une guérisseuse d'origine mexicaine accepte l'invitation à souper de cette dernière. Excédée par la condescendance d'un convive prônant un néolibéralisme forcené, elle décide de le confronter.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!