Hostiles et armés
1 7 5
5

Hostiles et armés (Free Fire)

Fr. 2016. Drame de moeurs de Ben Wheatley avec Armie Hammer, Cillian Murphy, Brie Larson. À Boston en 1978, une transaction d'armes à feu entre truands anglais et trafiquants américains vire à l'affrontement. Exercice de style sans tension ni suspense. Personnages sommairement dessinés. Montage halluciné. Distribution de qualité. (sortie en salle: 21 avril 2017)

13 ans + (violence, langage vulgaire) 13 ans + (violence, langage vulgaire)

Genre : Drame de moeurs
Durée : 90 min.
Réalisation : Ben Wheatley
Scénario :
Photographie : Laurie Rose
Musique : Geoff Barrow
Ben Salisbury
Montage : Amy Jump
Ben Wheatley
Pays : France
Grande-Bretagne
Distributeur : Entract Films
Interprètes : Armie Hammer
Cillian Murphy
Brie Larson
Sharlto Copley
Jack Reynor
Sam Riley

Boston, 1978. Des truands anglais donnent rendez-vous à des trafiquants d'armes américains dans un hangar désaffecté. But de la rencontre: faire l'échange d'une trentaine de fusils automatiques contre une forte somme d'argent. La procédure, dirigée par un intermédiaire flegmatique, se déroule sans heurt, abstraction faite de quelques échanges verbaux sarcastiques. Le climat change du tout au tout lorsque le chauffeur de la camionnette reconnaît, dans le camp adverse l'homme qui, la veille, a violé sa cousine. Dans le temps de le dire, truands et trafiquants ouvrent le feu les uns sur les autres.

L’avis de Mediafilm

L'Anglais Ben Wheatley (DOWN TERRACE, HIGH-RISE) signe ici une sorte de RESERVOIR DOGS à la crème anglaise. Mais la comparaison avec le classique de Quentin Tarantino le désavantage terriblement. En faute? Le scénario mince, artificiel et surpeuplé, qui ne prend pas le temps de bien camper les personnages, encore moins de composer un climat de tension, avant de relâcher le ressort. Si bien que la fusillade, qui meuble les deux tiers du huis clos, inspire au mieux l'indifférence du spectateur, au pire son exaspération, celui-ci en étant réduit à regarder se déplacer de façon aléatoire, dans un espace mal défini par un montage halluciné, des pantins criblés de balles, désarticulés ou rampant comme des otaries. La lutte à finir, proche du jeu vidéo ou de la téléréalité survivaliste, annonce un seul vainqueur. Mais lequel? La réponse ne présente aucun intérêt, malgré la qualité évidente de la distribution, et le plaisir tout aussi évident qu'ont pris certains de ses membres (Armie Hammer et Cillian Murphy en particulier) à jouer cette comédie noire. (Texte rédigé en septembre 2016, dans le cadre du Festival international du film de Toronto)

Texte : Martin Bilodeau

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Lost City of Z, The The Lost City of Z
Mediafilm

É.-U. 2016. Aventures de James Gray avec Charlie Hunnam, Tom Holland, Robert Pattinson.


Au début du XXe siècle, le militaire anglais Percival Fawcett quitte femme et enfants pour se lancer dans une série d'expéditions en Amazonie, à la recherche des vestiges d'une civilisation disparue.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!