9 Mois ferme
1 7 3
3

9 Mois ferme

Fr. 2013. Comédie de Albert Dupontel avec Sandrine Kiberlain, Albert Dupontel, Nicolas Marié. Une juge d'instruction célibataire et à la conduite irréprochable est stupéfaite d'apprendre qu'elle est enceinte des oeuvres d'un repris de justice accusé d'un meurtre crapuleux. Conte macabre tonique et irrévérencieux. Scénario bien écrit dénonçant l'injustice et l'aveuglement social. Plastique très inventive. Excellente composition de S. Kiberlain. (sortie en salle: 4 avril 2014)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

Genre : Comédie
Durée : 82 min.
Réalisation : Albert Dupontel
Scénario :
Photographie : Vincent Mathias
Musique : Christophe Julien
Montage : Christophe Pinel
Pays : France
Distributeur : Métropole Films Distribution
Interprètes : Sandrine Kiberlain
Albert Dupontel
Nicolas Marié
Philippe Uchan
Philippe Duquesne
Bouli Lanners

Une juge d'instruction célibataire et à la conduite irréprochable découvre qu'elle est enceinte des oeuvres d'un cambrioleur récidiviste accusé d'un meurtre crapuleux. S'évadant de prison, celui-ci se réfugie chez elle dans l'espoir qu'elle l'aide à prouver son innocence.

L’avis de Mediafilm

Soutenu par la magnifique performance de Sandrine Kiberlain, Albert Dupontel signe une comédie noire tonique et jouissive. Au gré d'un scénario brillamment construit propulsé par une prémisse délicieusement absurde et une mise en scène très expressive, l'auteur de BERNIE et ENFERMÉS DEHORS dénonce sans ambages l'injustice et l'aveuglement social.

Revue de presse

Pour une histoire d’un soir

Avec son lot de situations cocasses, son humour noir aux accents absurdes et son tandem on ne peut plus dépareillé, 9 MOIS FERME s’avère au final une comédie hilarante qui fait grincer des dents. [Même si] le scénariste-réalisateur ne partage pas nécessairement cet avis...

Propos de...

"Je ne crois pas que 9 MOIS FERME soit une comédie, mais davantage un drame drôle. (...) la juge nage en plein drame; quand j’ai rencontré Sandrine, je lui ai dit de jouer sa partition comme un drame et que le reste de l’équipe allait se charger du côté clownesque."

Grossesse à risque au Palais de justice

Si Dupontel (acteur) fait (bien) du Dupontel, que dire de Sandrine Kiberlain, sinon qu'elle est époustouflante? (...) À 45 ans, [elle] semble enfin avoir pris conscience de son talent. Résultat: elle se lâche, elle ose ce qu'auparavant elle n'aurait jamais accepté, ou pu jouer.

Dupontel attendu de pied ferme

Sur ce porte-avions de sanglante galéjade, Dupontel fait décoller une comédie de folie. (...) L'improbable duo est entouré ici d'épatants seconds rôles choisis parmi la fine fleur du catalogue, à commencer par Nicolas Marié, dans la robe d'un avocat bègue.

Justice pour Dupontel

Dans [une] même séquence, Dupontel allie élégance de la mise en scène, grand guignol et sens du gag. (...) tous les personnages possèdent une haute dose comique. La palme revient à Sandrine Kiberlain. (...) Jubilatoire de bout en bout.

Désordre

(...) cette comédie loufoque très rythmée est ce que le cinéaste acteur a fait de mieux et de plus drôle. On y retrouve une Sandrine Kiberlain au sommet du décalage. (...) Avec sa causticité mal embouchée, Dupontel relève le niveau de la comédie française.

"Nonsense" absolu

On ne savait pas qu'il y avait, en France, un cinéaste capable d'égaler Blake Edwards dans son goût du burlesque et son art à transformer la grossièreté en élégance. Si : Albert Dupontel, jusque
En savoir plus sur http://www.telerama.fr/cinema/films/9-mois-ferme,441042,critique.php#uXXyUJOTGjevKpcJ.99sdhjfvkjgFL

On ne savait pas qu'il y avait, en France, un cinéaste capable d'égaler Blake Edwards dans son goût du burlesque et son art à transformer la grossièreté en élégance. Si: Albert Dupontel. (...) Comme dans le grand cinéma français de jadis, les seconds rôles rivalisent avec le couple vedette.

A High-Energy Black Comedy

On the visual side it’s like AMELIE on steroids, as through the first half hour the camera cartoonishly sweeps, circles, zooms and pans as though afraid of pausing for even a moment as it goes in search of the next sight-gag.

Un Festin pour les yeux

Albert Dupontel a réalisé… un festin pour les yeux. (...) le récit, déballé à la vitesse de l’éclair (...), demeure à chaque instant propulsé par des idées visuelles fortes et gracieuses (...), des situations tragicomiques simples et chargées, des personnages superbement dessinés.

Une Sérieuse de bonne comédie

(...) Sandrine Kiberlain affiche ici de façon discrète un talent comique vraiment bien affirmé. Entourée de beaux personnages secondaires, dont certains sont très marrants (...), l'actrice, lauréate d'un César grâce à ce rôle, propose ici une composition étonnante.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Jeune Fille sans mains, La La Jeune Fille sans mains
Mediafilm

Fr. 2016. Film d'animation de Sébastien Laudenbach.


Amputée des deux mains par son père qui l'a vendue au Diable, une jeune fille prend la fuite en forêt. Après avoir été sauvée de la noyade par une déesse de l'eau, elle trouve refuge auprès d'un prince dans un château.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!